BFMTV

La Belgique veut construire sa première île

Le rivage de la station balnéaire de Knokke-Heist.

Le rivage de la station balnéaire de Knokke-Heist. - DAVID STOCKMAN / BELGA / AFP

Le réchauffement climatique accompagné d'une montée des eaux va peut-être pousser le plat pays à édifier en 2020 son premier îlot maritime. Huit millions d'euros sont débloqués pour une étude du projet.

Knokke-Heist, station balnéaire huppée de Flandre, comme partout dans le monde, l'eau monte. A cause du réchauffement climatique et de la dilatation des océans et mers, celle du Nord en l'occurrence, la houle menace le rivage. Pour contrer l'érosion annoncée, la construction d'un îlot artificiel est envisagée. Envisagée à 1,2 kilomètre de la côte, la construction couvrant dans un premier temps 45 hectares, puis à terme jusqu'à 450 hectares, aurait pour effet de protéger les plages des tempêtes et de briser les vagues.

Un projet issu d'une initiative privée

A l'origine de ces travaux pharaoniques se trouve une initiative privée, "Vlaamse Baaien" ("Baies flamandes", en flamand). Le but est de protéger la côte jusqu'en 2100 pour qu'elle puisse continuer à offrir des "possibilités économiques attrayantes et une énergie durable". Huit millions d'euros ont été débloqués pour réaliser une première étude du projet en gestation. 

Lors d'une conférence de presse samedi dernier, le ministre flamand du Tourisme, Ben Weyts, a souligné que cette île pourrait servir de refuge aux animaux marins. Pour sa part, la municipalité de Knokke-Heist, hostile aux travaux, regrette de ne pas avoir été consultée.

Cartographie du projet.
Cartographie du projet. © Vlaamse Baaien
David Namias