BFMTV

Malouines: "l'Archipel de la discorde" vote sur son avenir

Partisans du "oui" au référendum à Port-Stanley, aux Malouines, samedi.

Partisans du "oui" au référendum à Port-Stanley, aux Malouines, samedi. - -

Les 1.700 électeurs de ce petit archipel de l'Atlantique sud votent dimanche et lundi pour dire s'ils veulent rester britanniques, alors que l'Argentine n'a jamais caché sa prétention sur ces îles.

C'est un vote historique qui se tient dimanche et lundi. Pour la première fois, les 1.700 électeurs des îles Malouines se prononcent pour dire s'ils veulent rester "un territoire d'outre-mer du Royaume-Uni". Un référendum d'autodétermination dénoncé comme une "manipulation" par l'Argentine, qui revendique cet archipel perdu dans l'Atlantique Sud.

Si la victoire du "oui" ne fait pas de doute, le taux de participation sera un élément clé de ce scrutin, que les autorités locales et le Royaume-Uni entendent utiliser pour faire avancer leur cause aux yeux du monde et décourager les visées argentines.

"Tentative de manipulation britannique"

Les Malouines sont sous contrôle britannique depuis 1833. Mais l'Argentine, dont les côtes se situent à moins de 500 km, estime qu'elle a un droit historique sur ce territoire. Ce contentieux avait débouché sur un conflit éclair entre les deux pays en 1982, responsable de plus de 900 morts.

Des observateurs internationaux, venus notamment d'Amérique latine, sont donc venus s'assurer du bon déroulement du scrutin. Mais l'Argentine a d'ores et déjà prévenu que ce scrutin sans "aucune base légale" ne mettrait pas "un terme au différend" sur la souveraineté des Malouines.

Buenos Aires ne voit dans ce vote qu'une "tentative de manipulation britannique" et continue de réclamer des pourparlers bilatéraux avec Londres. Une demande régulièrement rejetée par le Royaume-Uni au nom du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

L'or noir, nouvelle source de convoitise

La découverte de pétrole en 1998 dans l'archipel, qui vit pour l'heure essentiellement de la pêche, avait contribué à envenimer la querelle, même si son exploitation demeure encore hypothétique.