BFMTV

Grande-Bretagne: un "pardon" à titre posthume pour des milliers d'homosexuels

Alan Turing, alors âgé de 16 ans, à la Sherborne School, dans le Dorset, au sud-ouest de l'Angleterre, en 1928.

Alan Turing, alors âgé de 16 ans, à la Sherborne School, dans le Dorset, au sud-ouest de l'Angleterre, en 1928. - Sherborne School - AFP

Le gouvernement britannique a annoncé en fin de semaine dernière s'apprêter à introduire une mesure accordant le pardon à titre posthume à des milliers d'homosexuels et de bisexuels reconnus coupables d'infractions sexuelles, désormais abolies en Angleterre et au Pays de Galles.

Des milliers d'homosexuels et bisexuels condamnés en vertu de lois obsolètes vont être graciés à titre posthume par le gouvernement britannique, rapportent plusieurs médias outre-Manche dont la BBC. Annonçant ce qui a été surnommé la "loi Alan Turing", le ministre de la Justice Sam Gyimah a annoncé un amendement en ce sens en fin de semaine dernière.

La mesure, saluée comme une victoire "capitale" par les militants de la cause LGBT, accordera le pardon à toutes les personnes décédées qui ont été condamnées pour des relations consenties entre personnes de même sexe avant que l'homosexualité ne soit décriminalisée en Angleterre et au Pays de Galles, en 1967.

Toutes les personnes vivantes condamnées pour de tels délits pouvaient déjà demander que la mention soit retirée de leur casier judiciaire. Selon le député libéral-démocrate Lord Sharkey, qui est à l'origine de l'amendement, sur les quelque 65,000 hommes condamnés sous ces lois, 15.000 sont encore vivants.

"Loi Alan Turing"

La décision intervient après des décennies de campagne de la communauté LGBT et après la remise, par la famille du mathématicien et cryptologue Alan Turing, d'une pétition au gouvernement britannique avant les élections générales de 2015. La pression du public avait été telle que les principaux partis politiques avaient promis d'introduire une "loi Alan Turing", rappelle The Independent.

Alan Turing, que Winston Churchill avait décrit comme à l'origine de "la plus grosse contribution à la victoire alliée", avait durant la Seconde Guerre mondiale réussi à casser le code Enigma, dans lesquels étaient cryptés les messages nazis. Une prouesse créditée d'avoir permis de diminuer de deux ans la durée du conflit.

Il a bénéficié d'une grâce royale à titre posthume en 2013, soit 61 ans après avoir été poursuivi pour activité homosexuelle. Condamné pour outrage à la pudeur, il avait alors perdu son poste dans les services secrets britanniques, et avait été forcé à subir une castration chimique via une série d'injections d'hormones féminines. Il s'était suicidé en 1954.

Son histoire a portée à l'écran en 2015 dans le film Imitation Game, où il était incarné par l'acteur Benedict Cumberbach.

Violette Robinet