BFMTV

Un "Shazam nazi" pour la police allemande

Un neonazi, le 17 juin 2012, à Dresde.

Un neonazi, le 17 juin 2012, à Dresde. - -

Pour repérer les chants nazis, relayés par les groupes néonazis, les policiers allemands pourraient se doter d'une appli mobile.

S'il est plutôt facile de repérer un néonazi quand on en croise un, reconnaître un chant nazi peut s'avérer plus compliqué. Or, comme le rappelle le blog du Monde Bigbrowser, qui relaie l'information du Spiegel, les néonazis allemands utilisent notamment la musique pour recruter de jeunes adeptes. Les policiers allemands pourraient ainsi se doter d'une application mobile, un "Shazam nazi" pour repérer les chants en question.

Au regard de l'histoire allemande, La Constitution interdit en effet de faire l'apologie du nazisme. Ecouter des chants nazis est donc un délit.

1.250 titres interdits

Selon Elke Monssen-Engberding, qui dirige l'agence gouvernementale en charge de la musique fasciste, la liste des titres interdits contient 1.250 chansons. Difficile de connaître tout le répertoire. Voilà pourquoi une application du type Shazam, qui permet d'identifier un morceau en quelques secondes pourrait être d'une aide précieuse.

Sauf que les Allemands, traumatisés par le fichage des individus par les Nazis et par la Stasi sont très à cheval sur la surveillance, et le respect de la vie privée.

L'année dernière, évoque The Daily Dot, cité par le blog du Monde, un tel outil, à utiliser dans les salles de concert et les lieux publics, pourrait violer la loi sur la surveillance audio.

Magali Rangin