BFMTV

Allemagne: un musicien iranien se voit intimer l'ordre de "parler en allemand"

Des membres de l'orchestre Concerto Köln en 2006.

Des membres de l'orchestre Concerto Köln en 2006. - Frank Perry - AFP

Mahan Esfahani, un claveciniste d'origine iranienne, a été interpellé et sifflé par le public de la Philharmonie de Cologne parce qu'il ne parlait pas allemand.

La musique n'adoucit pas forcément les moeurs. L'incident s'est produit dimanche, à la prestigieuse Philharmonie de Cologne, au cours d'un programme musical habituel apprécié par un public plutôt âgé d'amateurs de musique classique. L'orchestre Concerto Köln s'y produisait en compagnie d'un claveciniste d'origine iranienne réputé, Mahan Esfahani.

C'est au moment où, avant d'interpréter un morceau de musique contemporaine de Reich, Piano Phase (1967), devant les quelque 1.800 personnes présentes, le claveciniste a prononcé quelques mots d'introduction en anglais, qu'un spectateur lui a rétorqué : "faites-nous le plaisir de parler en allemand !"

La direction de la Philharmonie "choquée et soufflée"

Mahan Esfahani a alors commencé à jouer, mais a été interrompu quelques minutes plus tard par des sifflets et des cris des spectateurs mécontents, tandis que d'autres se levaient bruyamment pour quitter la salle, obligeant le musicien à interrompre sa prestation, a raconté Louwrens Langevoort.

Le claveciniste s'est alors adressé une nouvelle fois à la foule, demandant : "de quoi avez-vous peur?" Le calme est finalement revenu, et Mahan Esfahani et l'orchestre ont joué un concerto. Mais l'incident a mis la direction de la Philharmonie en émoi. "J'étais choqué et soufflé", a dit Louwrens Langevoort, le patron de l'établissement. 

"Il s'agissait de personnes assez âgées qui n'ont témoigné aucun respect pour l'artiste, la musique où les autres spectateurs et ont bruyamment empêché le concert de continuer (...) Nous n'avions jamais vécu quelque chose comme ça depuis que la Philharmonie a été constituée, il y a 30 ans", a-t-il déploré.

Cologne a été le théâtre le 31 décembre d'agressions massives sur des centaines de femmes, commises par des hommes présentés par les autorités comme originaires d'Afrique du Nord. Ces agression avaient scandalisé l'Allemagne, aux prises avec un flux migratoire sans précédent depuis la Deuxième guerre mondiale: en 2015, ce pays a accueilli 1,1 million de demandeurs d'asile.

A. K. avec AFP