BFMTV

États-Unis: une ado condamnée pour pédopornographie après avoir diffusé une vidéo d'elle-même

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Tand Chhin Sothy-AFP

La jeune fille, âgée de 16 ans, avait adressé à deux amis une vidéo d'elle-même en train d'effectuer une fellation à un homme. La vidéo a été propagée par l'un des deux destinataires, et montrée à un responsable de leur lycée.

La cour d'appel du Maryland a statué mercredi dernier sur le cas d'une jeune fille qui avait envoyé à deux amis une vidéo d'elle-même effectuant une fellation à un homme non identifié, rapporte l'édition américaine de Slate, dont la version française du site s'est fait l'écho. L'adolescente a été condamnée pour pédopornographie et placée sous surveillance électronique.

C'est en 2016 que cette lycéenne, alors âgée de 16 ans, avait envoyé ces images, dans le cadre d'un défi avec ses amis destinataires de l'envoi. Quelques mois après, l'adolescente s'était disputée avec l'un d'eux, qui a transmis la vidéo à un responsable de leur lycée et diffusé le document à plusieurs autres élèves de l'établissement.

Le jugement de première instance confirmé

Le responsable du lycée n'a pas ensuite tenté de stopper la diffusion de la vidéo, mais a transmis au procureur les déclarations au cours desquelles la jeune fille reconnaissait qu'elle était bien la personne dans la vidéo et qu'elle l'avait envoyée à des amis.

En première instance, la jeune fille avait déjà été condamnée, et les juges avaient répondu positivement à la question soulevée par le tribunal: "Une mineure impliquée dans une activité sexuelle consentie peut-elle être sa propre pornographe à travers le sexting?".

"L'ami" auprès de qui la jeune Américaine avait diffusé la vidéo et l'avait ensuite fait circuler à son tour n'a quant à lui pas été inquiété, souligne Slate.

La législation du Nouveau-Mexique changée

En 2016, rapportait Le Monde, la législation de l'État du Nouveau-Mexique a été modifiée pour que les adolescents adeptes de l'envoi de photos dénudées ou même de textos à caractère sexuel ne puissent plus être considérés comme des délinquants sexuels. Un changement allant à rebours de la majorité des États américains.

L'année précédant cette modification de la législation, relate le quotidien, deux lycéens en couple, âgés de 16 ans, avaient été inculpés pour exploitation sexuelle d'un mineur dans l'État de Caroline du Nord, après s'être échangés des sextos. Face aux protestations, et pour leur épargner une peine de prison, leur infraction avait finalement été requalifiée en délit par le juge.

Clarisse Martin