BFMTV

En Espagne, Madrid et Barcelone repoussent leur déconfinement

Le gouvernement de Madrid va autoriser les Espagnols à reprendre, dans une certaine mesure, le chemin des usines, des chantiers et des bureaux.

Le gouvernement de Madrid va autoriser les Espagnols à reprendre, dans une certaine mesure, le chemin des usines, des chantiers et des bureaux. - JAVIER SORIANO / AFP

Lundi, l'Espagne doit entamer une nouvelle phase de son déconfinement. Mais les deux plus grandes villes du pays vont rester au même niveau de confinement, contrairement à d'autres régions où les terrasses pourront rouvrir.

Madrid et Barcelone ralentissent leur déconfinement. Contrairement aux autres régions du pays, les deux principales villes espagnoles ne passeront pas à la phase suivante dans le déconfinement.

A partir de lundi, les villes d'Espagne pourront notamment rouvrir les terrasses et les gens seront autorisés à se réunir avec leurs proches. Très progressif, le plan de déconfinement de l'Espagne, l'un des pays les plus endeuillés par la pandémie de coronavirus, doit s'étaler jusqu'à fin juin. Il comporte quatre phases qui seront mises en oeuvre à des rythmes différents dans chaque région en fonction de l'évolution de l'épidémie.

Le ministère de la Santé a annoncé vendredi soir que la moitié des quelque 47 millions d'Espagnols pourraient entrer dans la nouvelle phase du déconfinement à partir de lundi. 

Affrontement politique entre la région et le pouvoir central à Madrid

Mais la région de Madrid, la plus touchée du pays avec un tiers des 26.299 morts recensés au total, en a été exclue, en dépit de la demande du gouvernement régional de pouvoir déconfiner davantage. "Nous avons estimé qu'il n'était pas approprié de passer à la phase suivante (...) Ceci n'est pas une course", a déclaré le ministre de la Santé Salvador Illa, qui réexaminera la situation dans une semaine.

Une grande partie de la Catalogne (nord-est), deuxième région la plus touchée par l'épidémie, dont la capitale régionale Barcelone, devra aussi patienter mais dans ce cas, le gouvernement régional n'avait pas demandé d'avancer dans le déconfinement.

Dans le cas de la région de Madrid, cette demande de déconfiner ne cache pas un affrontement politique entre l'exécutif régional, mené par le PP (droite traditionnelle) et le gouvernement de gauche.

Certaines parties de la région de Valence (est), d'Andalousie (sud) et des régions centrales de Castille-et-Leon et de Castille-la-Manche, devront aussi attendre.

Séville et Bilbao continuent de déconfiner

En revanche, d'autres zones du pays comme les villes de Séville ou de Bilbao passeront lundi dans la nouvelle phase du déconfinement qui prévoit l'autorisation des réunions familiales ou amicales jusqu'à dix personnes et les déplacements à l'intérieur des provinces.

En outre, les petits commerces pourront recevoir les clients mais sans rendez-vous préalable, comme cela était le cas depuis lundi, tandis que les terrasses des bars et des restaurants pourront rouvrir avec une capacité réduite. Les hôtels pourront aussi rouvrir mais les espaces communs resteront inaccessibles.

Depuis la mise en place d'un très strict confinement le 14 mars, l'Espagne a très nettement ralenti l'expansion de l'épidémie, qui a déjà fait 26.299 morts et près de 223.000 cas confirmés, selon le dernier bilan.

Le nombre de morts a légèrement rebondi au cours des dernières 24 heures, à 229 contre 214 le jour précédent. Le nombre quotidien de décès dans les derniers jours a tourné autour des 200, loin du pic de 950 enregistré début avril.

Ivan Valerio, avec AFP