BFMTV

Deux Français tués par balles dimanche en Haïti

Selon les premiers éléments dévoilés par une source diplomatique à Port-au-Prince, les deux victimes venaient tout juste d'arriver dans le pays dans le cadre d'une procédure d'adoption.

Deux Français, originaires de l'Ardèche, ont été tués par balles dimanche après-midi dans la capitale Haïtienne où ils venaient d'arriver par voie aérienne, a indiqué ce lundi une responsable de l'ambassade de France à Port-au-Prince. L'information a depuis été confirmée par un communiqué du Quai d'Orsay. 

"C’est avec une grande émotion que nous avons appris le décès de deux compatriotes en Haïti, des suites d’une agression. Nous exprimons nos condoléances à leurs familles et leurs proches", déclare le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.

Les deux victimes d’une quarantaine d’années étaient venus adopter deux enfants, d'après l’Agence Française de l’Adoption auprès de BFMTV. Ils étaient sur place pour une période de socialisation de 15 jours avec les enfants, qu’ils n’avaient pas encore rencontré.

"Le couple avait obtenu son premier agrément en 2013, renouvelé en 2018. Leur voyage était organisé dans le but d'une visite de convivialité, ils ne seraient pas repartis avec l'enfant", a précisé le conseil départemental de l'Ardèche. 

Inscrits sur le site Ariane 

La procédure d'adoption était gérée depuis trois ans par l'Agence Française de l'Adoption (AFA). Ils devaient rencontrer pour la première fois l'enfant susceptible de leur être confié.

"Ils ont fait tout ce qu'il fallait faire en termes de sécurité", a-t-on assuré à l'AFA, en allusion à l'insécurité chronique dans ce pays.

Ils s'étaient notamment inscrits sur le site Ariane du Quai d'Orsay, qui permet aux ressortissants français d'enregistrer un voyage touristique, personnel ou professionnel d'une durée de moins de 6 mois dans un pays étranger.

"On leur a dit qu'un taxi, avec lequel l'AFA travaille, viendrait les chercher, afin qu'ils soient le plus possible en sécurité. (...) Il les a pris à aéroport pour les conduire là où ils devaient loger."

C'est pendant le trajet entre l'aéroport et l'hôtel que "l'accident s'est produit", a expliqué lundi soir, sur notre antenne, le journaliste haïtien Grégory Leroi. "Il s'agirait visiblement du braquage de leur voiture qui a mal tourné", a-t-il ajouté. 

La responsable de l'ambassade de France à Port-au-Prince n'était quant à elle, pour l'heure, pas en mesure d'apporter de précisions sur les motivations derrière ces meurtres.

Des manifestations à répétition

Haïti est en proie à une grave crise avec des manifestations à répétition, souvent émaillées de violences, depuis le mois d'août pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse.

Selon l'ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans ces manifestations organisées dans les principales villes du pays. Le ministère français des Affaires étrangères recommande sur son site internet "de reporter tout voyage jusqu'à nouvel ordre", en Haïti, rappelant que "l'ensemble du territoire haïtien est déconseillé sauf raison impérative".

"Les manifestations, accompagnées de barrages sur les principaux axes routiers et d'actes violents (jets de pierres, tirs...) sont très fréquentes. Des groupes violents sont actifs et entretiennent un climat d'insécurité", écrit la diplomatie française dans une publication datée du 24 octobre 2019.
Patrick Sauce avec Jé. M. et AFP