BFMTV

Danemark: mystérieuse disparition d'une journaliste suédoise qui avait embarqué à bord d'un sous-marin

La police danoise inspecte le sous-marin "UC3 Nautilus " à  Copenhague le 13 août.

La police danoise inspecte le sous-marin "UC3 Nautilus " à Copenhague le 13 août. - Jens Noergaard Larsen / Scanpix Denmark / AFP

Depuis vendredi, les autorités danoises cherchent sans relâche une journaliste suédoise. La veille, la jeune femme avait embarqué, pour un reportage, à bord d'un sous-marin artisanal, en compagnie de son constructeur.

Kim Wall, une journaliste suédoise indépendante, n'a pas donné de nouvelles depuis jeudi 10 août. Ce jour-là, elle était montée à bord d'un mini sous-marin, le UC3 Nautilus, avec son propriétaire et concepteur, Peter Madsen. Selon la presse danoise, elle souhaitait réaliser un portrait de cet inventeur danois de 46 ans. Depuis, le mystère règne.

Le soir-même, le compagnon de la jeune femme de 30 ans, inquiet de ne pas la voir revenir, alerte les autorités. Dès le lendemain au matin, les autorités danoises annoncent alors être la recherche du sous-marin, disparu au niveau détroit d'Öresund entre Danemark et Suède.

Un naufrage délibéré

À la mi-journée, une équipe de secouriste réussi à géolocaliser le sous-marin qui était en train de couler à une cinquantaine de kilomètres de la capitale danoise. À son bord, Peter Madsen a pu être secouru. Mais la journaliste suédoise, elle, est introuvable. Renfloué et remorqué à Copenhague samedi, le Nautilus a été fouillé, en vain.

"Le sous-marin a été fouillé et il n'y a pas de corps à bord, vivant ou mort", a déclaré à la presse le chef de la police criminelle de Copenhague, Jens Moller.

Le propriétaire du sous-marin a été placé en détention provisoire samedi. Il est soupçonné d'homicide involontaire, une accusation qu'il nie en bloc. D'après le témoignage qu'il a livré à la police, il aurait déposé la jeune femme aux alentours de 20h30 sur l'île de Refshaleøen avant que son sous-marin ne rencontre des problèmes techniques.

Ces explications ne satisfont pas les autorités danoises. "Les examens confirment que le naufrage du sous-marin est la conséquence supposée d'un acte délibéré", a ainsi fait savoir lundi la police, qui privilégie désormais la thèse du meurtre déguisé. La police de Copenhague collabore désormais avec les autorités de Stockholm afin de poursuivre les recherches dans les eaux territoriales suédoises.

M.P avec AFP