BFMTV

Coronavirus: quelques boîtes de nuit berlinoises décident de rouvrir, mais sans danse et jusqu'à 22 heures

Une discothèque de Dortmund en mars dernier (Photo d'illustration)

Une discothèque de Dortmund en mars dernier (Photo d'illustration) - Ina FASSBENDER / AFP

Dans la capitale allemande, quelques boîtes de nuit fermées en raison du Covid-19 ont décidé de rouvrir ces derniers jours. Mais crise sanitaire oblige, ces discothèques n'ont d'autre choix que se réinventer: horaires de journée, groupes de personnes limités, interdiction de danser, ouverture des espaces extérieurs.

En Allemagne, certaines discothèques berlinoises ont décidé de rouvrir leurs portes pour la première fois depuis le confinement. Mais au regard des mesures de distanciation imposées pour lutter contre le Covid-19, les clubs sont contraints de faire preuve de créativité, comme le rapporte la presse locale. Ceux-ci ne sont désormais ouverts que de 15 heures à 22 heures. 

Ainsi, les boîtes de nuit berlinoises telles que Birgit und Bier ou Sisyphos n'ouvrent que leurs espaces extérieurs: leurs jardins ou leurs terrasses, comme le rapporte la chaîne de télévision locale RBB 24.

Des mesures de distanciation strictes

La musique est au rendez-vous, et il est possible d'y boire ou de s'y restaurer, car les établissements de restauration et les célèbres Biergarten sont autorisés à rouvrir depuis le 15 mai dernier dans le pays, contrairement aux établissements dansants et nocturnes à propos dequels le gouvernement n'a pas communiqué de date de réouverture. 

Néanmoins, les mesures de distanciation sociale demeurent strictes dans ces boîtes de nuit réinventées. Les serveurs et DJ sont forcés de porter des masques, tout comme les clients qui sont invités à rester assis et ne sont donc pas autorisés à danser, de manière à ce que la situation ne dégénère pas en fête (dans laquelle le respect des mesures de distanciation serait quasi impossible à faire respecter). Et le nombre de personnes autorisées à pénétrer à l'intérieur de ces boîtes est strictement limité. Selon notre correspondante à Berlin, ces établissements ont affiché complets le week-end dernier. 

Jeanne Bulant