BFMTV

Coronavirus muté des visons: le Danemark annonce des restrictions de déplacement pour 280.000 habitants

Des visons ont été libérés d'un élevage en Haute-Saône (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Des visons ont été libérés d'un élevage en Haute-Saône (PHOTO D'ILLUSTRATION) - BFMTV

Alors qu'une mutation du Covid-19 provenant de visons a été détectée dans le nord-ouest du pays, les habitants des régions concernées sont invités à "rester dans leur propre commune".

Le Danemark a annoncé ce jeudi des restrictions spécifiques pour plus de 280.000 habitants du nord-ouest du pays, afin d'empêcher de nouveaux cas chez l'homme d'une mutation du coronavirus provenant des visons.

"Dès ce soir, les citoyens de sept communes du nord du Jutland sont vivement encouragés à rester dans leur propre commune pour empêcher la propagation de l'infection", a dit la Première ministre Mette Frederiksen lors d'une conférence de presse.

Danois et étrangers sont sommés de ne pas aller dans le secteur où les restaurants et bars seront fermés à partir de samedi.

"Nous vous demandons dans le nord du Jutland de faire quelque chose de complètement extraordinaire", a dit la cheffe du gouvernement qui parle d'une "vraie fermeture" de cette région. "Les yeux du monde sont sur nous", a-t-elle affirmé.

Transports publics et écoles fermées

Les communes concernées (Laesø, Frederikshavn, Hjørring, Brønderslev, Jammerbugt, Thisted et Vesthimmerland) sont toutes situées à la pointe nord du Jutland, dans l'ouest du Danemark. Les transports publics seront fermés dans les sept communes concernées. Les trains et les bus entrant et sortant des municipalités sont arrêtés. Les élèves des classe 5 à 8 (équivalent du CM2 à la 4ème dans le système français) suivront à partir de lundi leur enseignement en ligne.

Le Danemark a annoncé mercredi qu'il allait abattre la totalité de la quinzaine de millions de visons élevés sur son territoire à cause d'une mutation du Covid-19 déjà transmise à 12 personnes. Selon les explications des autorités danoises, cette mutation ne se traduit pas par des effets plus graves chez l'homme mais par une moindre efficacité des anticorps humains, ce qui menace la mise au point d'un vaccin contre le Covid-19.

Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV