BFMTV

Coronavirus: l'OMS appelle "le monde entier à agir", premières évacuations d'étrangers

BFMTV

"Le monde entier doit être en alerte, le monde entier doit agir", a déclaré ce mercredi de Genève Michael Ryan, le directeur des programmes d'urgence de l'OMS.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé ce mercredi le "monde entier à agir" face au nouveau coronavirus, qui a d'ores et déjà fait plus de malades que le Sras en Chine, tandis que des centaines d'étrangers ont été évacués de Wuhan, la ville chinoise d'où s'est propagée l'épidémie.

"Le monde entier doit être en alerte, le monde entier doit agir", a déclaré mercredi de Genève Michael Ryan, le directeur des programmes d'urgence de l'OMS, qui tiendra jeudi une nouvelle réunion d'urgence.

Une "urgence" de "portée internationale"?

Celle-ci sera consacrée à "la question de savoir si l'épidémie actuelle constitue une urgence de santé publique de portée internationale", a expliqué le directeur général de cette organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à son retour de Pékin. Jeudi dernier, l'agence spécialisée de l'ONU avait estimé qu'il était "trop tôt" pour décréter l'alerte mondiale.

Mais depuis, le bilan s'est alourdi avec 170 morts et plus de 1700 cas en Chine, et "une transmission interhumaine a été enregistrée dans trois pays" étrangers, à savoir l'Allemagne, le Vietnam et le Japon. De leur côté, une vingtaine d'Etats étrangers ont annoncé environ 80 cas confirmés au total sur leur sol, dont une cinquième personne mercredi en France.

"Bien que les chiffres en dehors de la Chine soient encore relativement faibles, ils sont susceptibles de donner lieu à une épidémie bien plus large", a indiqué le directeur de l'OMS.

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'"urgence de santé publique de portée internationale" que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018.

Vols suspendus, évacuations...

Signe du durcissement des mesures de précaution au niveau international, des compagnies aériennes comme British Airways, l'Allemande Lufthansa et l'Indonésienne Lion Air, qui exploite la plus grande flotte aérienne d'Asie du Sud-Est, ont annoncé la suspension immédiate de tous leurs vols vers la Chine continentale.

Et ce après que plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Etats-Unis, y avaient déconseillé tout voyage. Hong Kong a de son côté décidé de fermer six de ses 14 points de passage terrestre avec le reste de la Chine. Quant à la Russie, elle va fortement limiter ses liaisons ferroviaires avec ce pays à partir du 31 janvier, ne maintenant en service que la ligne Pékin-Moscou,

Dans le même temps, 195 Américains évacués de Wuhan et arrivés mercredi matin sur une base militaire californienne ont été examinés. Aucun ne présente les symptômes du virus, mais tous y resteront en quarantaine pendant 72 heures. En revanche, parmi les 206 Japonais évacués de Wuhan arrivés mercredi à Tokyo, trois ont été contaminés, a annoncé jeudi matin le gouvernement japonais. La France, de son côté, prévoit de ramener à bord de deux avions au moins 350 Européens, dont 250 Français. 

A.J. avec AFP