BFMTV

Coronavirus en Chine: l'avion évacuant des Américains a quitté Wuhan

BFMTV

Parti de Wuhan, un avion avec environ 200 d'entre-eux a atterri mercredi matin à Tokyo. Le personnel du consulat américain de Wuhan a été évacué ce mercredi.

Le Japon et les Etats-Unis ont évacué ce mercredi plusieurs centaines de leurs ressortissants de Wuhan, ville du centre de la Chine où a démarré l'épidémie de pneumonie virale dont le bilan continue de grimper.

Le Japon a été le premier pays à rapatrier ses ressortissants, qui sont au nombre de 650 dans la province de Hubei. Parti de Wuhan, un avion avec environ 200 d'entre-eux a atterri mercredi matin à Tokyo. Les autorités ne prévoient pas de les placer en quarantaine à leur arrivée.

Les Etats-Unis ont également annoncé qu'un avion envoyé à Wuhan pour évacuer le personnel de leur consulat dans cette ville ainsi que d'autres ressortissants américains avait décollé mercredi.

350 Européens au moins seront rapatriés

La France a pour sa part indiqué mardi envoyer un avion qui atterrira jeudi à Wuhan afin de ramener les premiers rapatriés français "probablement vendredi". Ces personnes seront soumises à une quarantaine de 14 jours à leur retour, a précisé la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn. 

La Commission européenne a indiqué qu'un deuxième avion décollerait "plus tard dans la semaine" pour au total rapatrier au moins 350 Européens, dont 250 Français.

En parallèle, de nombreux pays ou territoires ont renforcé les mesures de précaution : Hong Kong a annoncé réduire de moitié les vols en provenance de Chine continentale, tout en fermant six des 14 points de passage frontaliers. L'Allemagne et les Etats-Unis ont été lundi les premiers Etats à déconseiller tout voyage en Chine et plus seulement dans le seul Hubei. Le Royaume-Uni a adopté la même recommandation mardi.

Un pic atteint dans "une semaine ou dix jours"

La ville de Wuhan, où est apparue le nouveau coronavirus en décembre, et la quasi-totalité de la province du Hubei sont coupées du monde depuis jeudi par les autorités dans l'espoir d'endiguer l'épidémie, un cordon sanitaire concernant 56 millions d'habitants et quelques milliers d'étrangers. L'épidémie pourrait atteindre son pic "dans une semaine ou dix jours" avant de refluer, a estimé Zhong Nanshan, un des meilleurs spécialistes chinois des maladies respiratoires.

Pékin a prolongé de trois jours, jusqu'au 2 février, les longs congés du Nouvel an chinois (sept jours fériés), afin de retarder les retours massifs vers les villes de centaines de millions de travailleurs migrants. Le début du semestre dans les établissements scolaires et universités a été reporté.

Jeanne Bulant avec AFP