BFMTV

Ce que l'on sait des explosions à Dortmund

Sur la route du stade, où le club allemand allait disputer son quart de finale aller de la Ligue des champions contre Monaco, le bus du Borussia Dortmund a subi trois explosions. Le joueur Marc Bartra a été blessé au bras droit. La police parle d' "attaque grave à l'explosif" et non d'un acte terroriste pour le moment. Le match a été reporté à ce mercredi, 18h45.

Il était environ 19h15, le bus de l'équipe allemande du Borussia Dortmund n'était qu'à 80 mètres environ de l'hôtel où les joueurs avaient séjourné, à encore une dizaine de kilomètres du Signal Iduna Park où elle devait disputer ce mardi son quart de finale aller de la Ligue des champions contre l'AS Monaco. C'est alors que trois détonations ont retenti.

Des engins explosifs cachés sous une haie

Des vitres ont volé en éclat, blessant passage l'un des joueurs, le défenseur espagnol Marc Bartra, à la main et au bras droit. D'abord soigné sur place par un médecin urgentiste, il a ensuite été transporté à l'hôpital. Il y a été opéré du poignet. Le porte-parole du club a expliqué que le défenseur souffrait d'une fracture du radius dans le poignet droit. "Après l'explosion, nous nous sommes tous baissés dans le bus, ceux qui pouvaient se sont couchés par terre", a raconté l'un des gardiens du club, Roman Bürki, avant d'ajouter "Nous ne savions pas ce qui allait se passer ensuite".

Plus tard, une porte-parole de la police locale a confirmé la survenue de trois explosions au passage du bus. Selon nos informations, les autorités ont également annoncé avoir retrouvé au cours de leurs recherches une quatrième "bombe". Les enquêteurs, toutefois, n'ont pas pu établir avec certitude la nature de l'engin en question et ne sont pas sûrs qu'il soit lié à l'attaque. Selon la police allemande, ces engins explosifs étaient dissimulés sous une haie, cachés par des couvertures sur le côté droit de la route. En revanche, l'hypothèse d'un tir sur la surface du bus, un temps évoquée en raison de la présence d'un impact sur le véhicule, a été écartée par la police. 

"Une attaque visant spécifiquement l'équipe"

Dépêchés sur place, les agents ont entrepris dans la soirée d'examiner la route mais aussi d'analyser le bus dont plusieurs vitres ont été soufflées. Les enquêteurs ont employé un drone afin de mener leurs recherches plus efficacement. Des sources proches des services de sécurité allemands ont indiqué à l'agence de presse DPA que les enquêteurs ne disposaient à cette heure "d'aucun élément" pointant dans la direction d'une nature terroriste de ces explosions. L'expression arrêtée pour le moment par la police pour évoquer l'événement est celle d'"attaque grave à l'explosif" et non d'attentat".

Gregor Langer, chef de la police de Dortmund, a donné une conférence de presse peu après 23h. Il a déclaré: "A ce stade, il n’est pas possible de s’exprimer sur les mobiles de cet acte." Il a également affirmé que la police partait "du principe qu’il s’agissait d’une attaque visant spécifiquement l’équipe du Borussia Dortmund". Gregor Langer a par ailleurs détaillé le dispositif mis en place évoquant la vaste "mobilisation" des forces de police aussitôt après les faits mais aussi de "spécialistes en explosifs", d'hommes d'unités spéciales. "Des recherches ont été lancées sur une zone importante", a-t-il poursuivi. 

Dans la soirée, ces agents ont aussi assuré une "mission de protection notamment près du stade pour vérifier que toutes les mesures étaient prises pour éviter tout autre incident possible".

Une lettre retrouvée près du lieu des explosions

Le parquet local a par ailleurs révélé qu'une "lettre" avait été retrouvée près du lieu des explosions. 

  • "Son authenticité est en cours de vérification", a-t-il ajouté, sans donner de détail sur son contenu. Une responsable du parquet, Sandra Lücke, a indiqué qu'une enquête pour "tentative d'homicide" avait été ouverte et souligné qu'il était trop tôt pour déterminer la motivation des explosions.

Le match reporté à 18h45 ce mercredi

Gregor Langer a terminé son intervention en abordant l'annonce d'une tenue de la rencontre footballistique ce mercredi à 18h45. "Nous prenons tous les préparatifs nécessaires pour que les deux équipes puissent jouer en toute sécurité. Nous ferons tout notre possible que cette rencontre puisse se dérouler dans les meilleures conditions", a dit Gregor Langer. 

Les joueurs du Borussia Dortmund, tous indemnes à l'exception de Marc Bartra, ont été informés du report du match européen pour le lendemain 18h45 sur les coups de 20h. Les spectateurs ayant pris place dans le Signal Iduna Park pour assister à la rencontre ont été quant à eux avertis à 20h30.

Les supporteurs monégasques, objets de toutes les solidarités

La situation des 3.000 supporteurs monégasques ayant fait le déplacement jusqu'à Dortmund est devenue plus délicate après l'évacuation du stade. Le Borussia Dortmund a cependant encouragé les locaux à faire preuve de solidarité à leur endroit, en faisant circuler le hashtag "#bedforawaysfans" c'est-à-dire "un lit pour les fans visiteurs" sur Twitter. Les habitants de Dortmund sont ainsi invité à proposer un toit sous lequel passer la nuit aux supporteurs monégasques en difficulté. 

L'AS Monaco n'a pas pour autant abandonné les siens à leur sort. "Les supporters dormant ce soir à Dortmund seront remboursés à hauteur de 80 euros par le club", a posté le club de la Principauté sur Twitter.

R.V.