BFMTV

Russie: le membre des Pussy Riot hospitalisé a "repris conscience"

L'homme fait partie des Pussy Riot

L'homme fait partie des Pussy Riot - Youtube / Pussy Riot

Selon sa compagne, l'homme aurait été empoisonné. Il souffre toujours d'hallucinations et de délires.

Piotr Verzilov, le membre des Pussy Riot hospitalisé à Moscou depuis mardi dans un état grave, a "repris conscience" et est sorti des soins intensifs, a affirmé sa compagne selon qui il a été "empoisonné".

"Petya (Piotr) a repris conscience" mais souffre toujours d'hallucinations et de délires, a déclaré vendredi soir Veronika Nikoulchina, également membre du groupe punk contestataire, au site d'information en ligne Meduza.

"Quelque chose comme de l'atropine"

Piotr Verzilov, 30 ans, qui a également la nationalité canadienne, a été hospitalisé mardi après une audition judiciaire puis transféré deux jours plus tard en soins intensifs dans un hôpital réputé du centre de Moscou, l'Institut Sklifossovsky. Son état avait été qualifié vendredi de "grave" par cet hôpital.

Sa compagne avait affirmé plus tôt vendredi à Meduza qu'il avait été empoisonné. "C'est vraiment un empoisonnement, avec quelque chose comme de l'atropine. Seulement, il est question ici d'un gros dosage", avait-elle déclaré.

Aucune cause pouvant expliquer son état n'a été donnée de source officielle.

"Sa vue s'est obscurcie"

Selon Veronika Nikoulchina, Piotr Verzilov a commencé à se sentir mal mardi soir. "Dans la soirée, il a commencé à se sentir mal. Il a perdu la vue, sa vue s'est obscurcie", a-t-elle déclaré jeudi.

Au Canada, le Premier ministre Justin Trudeau s'est dit "préoccupé" par les informations concernant Piotr Verzilov, qui a aussi la nationalité canadienne.

Veronika Nikoulchina et Piotr Verzilov font partie des quatre membres des Pussy Riot qui s'étaient introduits sur le terrain pendant la finale de la Coupe du monde de football, portant des uniformes de la police. Ils avaient été condamnés pour cela à 15 jours de détention.

Piotr Verzilov est aussi le fondateur du site internet MediaZona, qui informe sur les procès des défenseurs des droits de l'homme.

C. P. avec AFP