BFMTV

Le super typhon Mangkhut s'abat sur les Philippines

Le typhon le plus violent à toucher cet archipel depuis le début de l'année s'est abattu dans la nuit de vendredi à samedi sur la côte nord des Philippines. Au moins huit personnes sont mortes, et des dizaines de milliers ont quitté leur domicile.

Le super typhon Mangkhut a touché tôt ce samedi le nord des Philippines, frappé par des vents atteignant les 330 km/h et des pluies torrentielles menaçant plusieurs millions d'habitants, selon les services météo.

Deux femmes sont mortes dans un glissement de terrain, a annoncé la police locale. Des policiers de la ville de Baguio, au nord, ont retrouvé les dépouilles des victimes après l'effondrement d'un pan de colline fragilisé par les fortes précipitations. Quatre autres victimes ont été annoncées et "(le) nombre devrait augmenter au fil des heures", a prévenu Ricardo Jalad, le chef du bureau national de la défense civile.

Effondrements de pans de colline

L'étendue des dégâts est apparue samedi au fil de la journée, avec des effondrements de pans de colline gorgés d'eau, des flots incontrôlables dévalant les rues et l'évacuation d'habitants de leurs maisons inondées. Un peu plus de 105.000 personnes ont quitté leur domicile pour fuir les intempéries apportées par le typhon dans cette région principalement rurale et agricole. 

En traversant la terre vers l'ouest et la Chine, les vents accompagnant le typhon ont toutefois baissé d'intensité et se situaient autour de 160 km/h en début d'après-midi. Les autorités philippines avaient auparavant augmenté le niveau d'alerte, redoutant des destructions majeures.

"Restez chez vous autant que vous le pouvez", a lancé un météorologue du service national philippin, Chris Perez, aux quatre millions de personnes susceptibles de se trouver sur la trajectoire du typhon.

Une vingtaine de typhons par an

Des milliers de personnes ont déjà fui leur logement dans les zones côtières septentrionales d'un pays régulièrement en proie à des désastres naturels. Les Philippines sont frappées chaque année par une vingtaine de typhons qui font des centaines de morts et aggravent la pauvreté de millions de personnes.

Les habitants et commerçants de Luçon, la principale île des Philippines, qui compte des millions d'habitants, ont barricadé leurs fenêtres et consolidé leurs toits pour éviter qu'ils ne soient arrachés par les vents. Vendredi soir, des arbres avaient été arrachés par de violentes bourrasques à Tuguegarao, une ville du nord de Luçon, où presque tous les commerces étaient fermés et où des patrouilles de police circulaient dans les rues.

L'agence météorologique gouvernementale a émis une alerte "signal quatre", le deuxième niveau le plus élevé pour les tempêtes, pour plusieurs provinces septentrionales de cette île. Cette zone est exactement située sur la trajectoire du typhon, d'un diamètre de 900 km, qui a traversé le Pacifique.

"Terrifiés"

Les services météo ont prévenu que "les dommages subis par les habitants pourraient être très importants" et s'attendent à de "sévères perturbations dans l'alimentation électrique et les services de communication". "Parmi tous les typhons cette année, celui-ci (Mangkhut) est le plus fort, les vents qui l'accompagnent sont les plus violents", a dit à l'AFP le prévisionniste de l'Agence météorologique japonaise Hiroshi Ishihara.

"On pourrait avoir des vagues hautes comme un bâtiment de quatre étages", a déclaré à l'AFP Michael Conag, le porte-parole de la défense civile locale. "Des maisons pourraient être détruites, surtout les habitations faites de bric et de broc qui sont les plus nombreuses dans les zones côtières".

Les paysans de la région, qui produit une partie non négligeable du maïs et du riz aux Philippines, se précipitaient pour ramasser des récoltes, celles-ci étant susceptibles de se retrouver sous les eaux.

Mangkhut devrait ensuite se diriger vers le sud de la Chine, y compris le territoire semi-autonome de Hong Kong.

Vers la Chine et le Vietnam

Les autorités craignent particulièrement les inondations et les glissements de terrain. Les petits villages pauvres de pêcheurs sont aussi très vulnérables aux vents violents et aux immenses vagues qui déferlent sur les côtes. 

Une alerte "signal quatre" avait aussi été émise pour Haiyan, le typhon le plus meurtrier à avoir touché les Philippines, en novembre 2013, avec des vents dépassant les 315 km/h. Des vagues géantes, semblables à celles provoquées par un tsunami, avaient tout dévasté sur leur passage. La catastrophe avait fait plus de 7350 morts ou disparus et privé de logement plus de quatre millions d'habitants.

L'Observatoire météorologique de l'ex-colonie britannique de Hong Kong a exhorté à la prudence, expliquant que la tempête ne frapperait pas directement le territoire, mais constituait néanmoins une "menace considérable" pour les côtes méridionales de la Chine, avant de se diriger vers le nord du Vietnam.

Les services météo de Taïwan ont prédit que la tempête serait la plus proche de l'île samedi, causant de fortes pluies sur le sud et l'est, mais ont souligné qu'il était peu vraisemblable que cette île soit directement touchée.

CR avec AFP