BFMTV

Japon: il abandonne les commandes d'un Shinkansen pour se rendre aux toilettes

Le Shinkansen transporte chaque jour près de 400.000 passagers

Le Shinkansen transporte chaque jour près de 400.000 passagers - Toru Yamanaka - AFP

Un conducteur de train à grande vitesse japonais a passé les commandes pendant le trajet à un employé non qualifié pour se rendre aux toilettes. La compagnie ferroviaire a affirmé qu'il y aurait "des conséquences" pour le conducteur.

Le conducteur d'un train à grande vitesse japonais a passé en plein trajet les commandes à un employé non qualifié afin de pouvoir se rendre d'urgence aux toilettes, a indiqué la compagnie des chemins de fer.

L'affaire aurait pu passer inaperçue, mais le train a eu une minute de retard, ce qui a automatiquement déclenché une enquête dans le pays asiatique fameux pour sa ponctualité.

Une absence de 3 minutes

Le conducteur du Shinkansen a admis avoir abandonné son poste après avoir connu des maux de ventre et passé les commandes du train avec 160 passagers à son bord à un contrôleur afin qu'il puisse se dépêcher aux toilettes. Il s'est absenté pendant trois minutes alors que le train roulait à 150 km/h.

Les Shinkansen sont étroitement contrôlés par des systèmes informatiques centralisés de commande et il est demandé au conducteur humain de rester sur place pour gérer des situations inattendues, a indiqué un porte-parole.

Ils doivent aussi accélérer ou freiner manuellement autant que nécessaire pour assurer la sécurité et maintenir le train dans les horaires prévus. L'absence du conducteur a semble-t-il entraîné une minute de retard, ce qui a fini par trahir son secret à ses supérieurs. Les conducteurs qui rencontrent une urgence lorsqu'ils sont aux commandes d'un train doivent se coordonner avec le centre de commande pour passer le contrôle à un autre conducteur qualifié ou arrêter le train sur les rails voire à la station la plus proche.

Lors d'une conférence de presse jeudi, la direction de la compagnie a présenté ses excuses pour cet incident et assuré que le malheureux conducteur allait subir les conséquences de son acte.

Le conducteur s'est défendu en affirmant qu'il n'avait pas voulu provoquer un retard en arrêtant le train. "Je n'ai pas rapporté (la situation) car j'étais gêné", a-t-il dit.

S.B.M avec AFP