BFMTV

Bangladesh: les étiquettes de la honte

L'équipe de BFMTV a trouvé des étiquettes des marques Auchan et Camaïeu dans les décombres de l'usine effondrée au Bangladesh

L'équipe de BFMTV a trouvé des étiquettes des marques Auchan et Camaïeu dans les décombres de l'usine effondrée au Bangladesh - -

L’équipe de "7 Jours BFM" a retrouvé dans les décombres de l'usine effondrée des étiquettes In Extenso (marque d'Auchan), Auchan et Camaïeu, et des vêtements étiquetés du nom de ces marques.

"Responsables et complices". Fanny Gallois, membre de l'ONG "Peuples solidaires" ne mâche pas ses mots envers les entreprises françaises suceptibles d'avoir sous-traitées la fabrication de leurs produits textiles au Bangladesh.

L’équipe de "7 Jours BFM" (diffusion chaque samedi à 18h) a retrouvé, sur place, dans les décombres de l'usine de textile qui s'est effondrée le 24 avril dernier, des étiquettes In Extenso (marque d’Auchan), Auchan et Camaïeu, et des vêtements étiquetés du nom de ces marques.

"Suite à l’effondrement, une enquête interne est en cours. Sur les neuf derniers mois, Camaïeu n’a passé aucune commande aux usines travaillant dans cet immeuble", a réagi un porte-parole de l'entreprise. 

Plus de 1.000 morts

Auchan a également diligenté une enquête mais prévient que "les usines qui travaillaient dans cet immeuble ne font pas partie de la liste de [leurs] fournisseurs".

Un argument qui ne convainc pas l'ONG "Peuples solidaires". "Ces entreprises ont mis la pression à leurs fournisseurs. C'est une forme de complicité".

"Ces entreprises savaient que les usines au Bangladesh étaient des pièges mortels pour les miliers d'ouvriers et d'ouvrières qui y travaillaient", estime toujours Fanny Gallois.

Le Bangladesh est, derrière la Chine, le deuxième exportateur au monde de vêtements, secteur qui représente 80% de ses exportations.

L'effondrement le 24 avril d'un immeuble où travaillaient plus de 3.000 ouvriers du textile, et qui a tué 1.125 personnes, a mis en lumière les conditions de travail dangereuses du secteur.


A LIRE AUSSI:

>> Le Bangladesh compte augmenter les salaires des ouvriers textile

>> Immeuble effondré au Bangladesh: le bilan s'alourdit

S.A avec Caroline Mier et Quentin Baulier