BFMTV

Une ex-actrice porno poursuit Trump pour faire invalider un accord

Donald Trump nie avoir eu une relation avec l'ancienne actrice porno.

Donald Trump nie avoir eu une relation avec l'ancienne actrice porno. - Mandel Ngan, Ethan Miller - AFP

Stormy Daniels a porté plainte mardi à Los Angeles pour faire annuler un accord de confidentialité sur une relation sexuelle qu'elle aurait eu avec le président américain en 2006. Donald Trump a jusqu'alors démenti cette liaison alors même que son avocat a reconnu avoir versé une somme d'argent à cette femme en échange de son silence.

L'affaire Stormy Daniels prend un tournant judiciaire. L'ancienne actrice pornographique, qui aurait eu une relation sexuelle avec Donald Trump des années avant que celui-ci accède à la Maison-Blanche, a porté plainte à Los Angeles, a porté plainte pour faire invalider l'accord de confidentialité que les deux parties auraient signées pour passer sous silence cette prétendue liaison. Selon la requête, l'actuel président des Etats-Unis n'aurait pas paraphé lui-même le document, le rendant ainsi nul.

Selon la plainte, rendue publique par l'avocat de Stormy Daniels, ce serait l'avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, qui a signé l'accord de confidentialité à la place de son client. La nécessité de la signature du président étant pourtant stipulé par l'accord.

Une relation qui a duré jusqu'en 2007

Cette plainte devant un tribunal de Los Angeles marque une nouvelle étape dans cette histoire où les versions des deux acteurs changent au fil des mois. Tout commence le 12 janvier quand le Wall Street Journal affirme que l'ancienne actrice pornographique, de son vrai nom Stephanie Clifford, a été payée pour taire une relation sexuelle qu'elle aurait eu avec Donald Trump en 2006 en marge d'un tournoi de golf à Lake Tahoe, un an après son mariage avec sa femme Melania, et quelques mois après la naissance de son fils Barron. Cette liaison se serait poursuivie au cours de l'année 2007, précise la plainte.

"Cette relation comprend, parmi d'autres choses, au moins une 'rencontre' avec M. Trump dans un bungalow au Beverly Hills Hotel situé dans le comté de Los Angeles", indique aussi le document.

Après les premières révélations parues dans la presse, Stormy Daniels a démenti avoir eu une relation sexuelle avec Donald Trump, alors qu'il était homme d'affaires. "Le fait est que chaque partie dans cette affaire présumée a démenti son existence en 2006, 2011, 2016, 2017 et maintenant à nouveau en 2018. Je ne déments pas cette affaire parce que 'mon silence a été acheté' comme l'ont rapporté des tabloïds. Je la démens parce que ça n'est jamais arrivé", a écrit le 1er février alors l'actrice pornographique, ajoutant qu'elle ne ferait plus de commentaire sur le sujet.

Intimidations

La Maison Blanche avait démenti ces affirmations, qualifiées de "vieilles informations recyclées, qui ont été publiées et démenties avec véhémence avant l'élection". Une version mise à mal par le propre clan Trump. Au moment où l'affaire semblait être passée au second plan jusqu'à ce qu'à la surprise générale l'avocat personnel de Donald Trump a confirmé le 14 février qu'un accord avec l'actrice avait bien été conclu mais qu'il l'avait honoré de ses propres deniers. 130.000 dollars, soit 105.000 euros, versés en octobre 2016, quelques jours avant l'accession de l'homme d'affaires à la Maison-Blanche.

Selon la plainte, à partir de janvier 2018 et de l'émergence de "détails de l'accord" dans les médias, "M. Cohen, à travers des tactiques de coercition et d'intimidation, a forcé Mme Clifford à signer une fausse déclaration où elle stipulait que les informations sur une relation avec M. Trump étaient fausses". "Vers le 13 février, M. Cohen a diffusé un communiqué sur Mme Clifford et l'existence d'un accord de confidentialité sans son consentement" et autour du 27 février "M. Cohen a sournoisement démarré une procédure d'arbitrage bidon contre Mme Clifford à Los Angeles (...) sans l'en avertir".

Justine Chevalier