BFMTV

Mort de George Floyd: le policier Derek Chauvin désormais poursuivi pour homicide volontaire

L'officier de police Derek Chauvin est désormais poursuivi pour homicide volontaire dans l'affaire George Floyd. L'autopsie du corps de George Floyd avait révélé que cet homme afro-américain de 46 ans était mort lundi dernier à cause de la "pression exercée sur son cou" par la police.

Derek Chauvin, l'officier de police impliqué dans la mort de George Floyd lors d'une intervention de police survenue lundi dernier à Minneapolis, aux Etats-Unis, est désormais poursuivi pour homicide volontaire, selon les informations d'Omar Jimenez, reporter de la chaîne américaine CNN, confirmées ce mercredi par la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar.

Le procureur général du Minnesota Keith Ellison a décidé, ce mercredi, d'alourdir les charges contre Derek Chauvin. L'officier de police depuis renvoyé est désormais soupçonné de meurtre au 2e degré et non plus au 3e (l'équivalent d'homicide involontaire), tandis que trois autres officiers de police sont aussi inculpés, selon la sénatrice du Minnesota, alors qu'ils n'avaient jusque-là pas été inquiétés par la justice.

George Floyd maintenu au sol près de 9 minutes

Selon le médecin légiste officiel en charge de son autopsie, George Floyd est mort "par homicide" à cause de la "pression exercée sur son cou" par la police. Cet Afro-Américain de 46 ans a fait un "arrêt cardiaque et pulmonaire" à cause de son immobilisation par les forces de l'ordre, a détaillé le médecin légiste du comté de Hennepin dans un communiqué.

Une vidéo du drame, qui a depuis fait le tour du monde, montre l'agent en train de le maintenir plaqué au sol, en s'agenouillant sur son cou pendant près de neuf minutes. Ce policier, Derek Chauvin, 44 ans, avait été licencié, arrêté et inculpé dans un premier temps pour homicide involontaire. 

La mort de George Floyd a indigné toute l'Amérique. De New York à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, des dizaines voire des centaines de milliers d'Américains manifestent depuis plus d'une semaine contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales.

Jeanne Bulant