BFMTV

Hillary Clinton, candidate favorite des marchés financiers américains 

Malgré ses attaques répétées contre le monde de la finance, la candidate démocrate semble avoir la préférence de Wall Street. Donald Trump, jugé imprévisible, fait plutôt peur aux marchés financiers.

Alors que les deux conventions d'investiture sont passées, le match entre la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump peut commencer. Mais quel candidat à la Maison Blanche a la préférence des traders?

Si Donald Trump a beau avoir sa propre tour en plein cœur de Wall Street, le candidat républicain est loin d'être le favori des marchés financiers.

"Je pense qu'Hillary Clinton serait une meilleure présidente pour les marchés", répond un trader, rencontré par BFMTV. "Dans les deux possibilités qui s'offrent à nous, le mieux serait Hillary Clinton. Définitivement", renchérit un autre. 

Trump, un candidat jugé imprévisible

A première vue, un tel consensus peut surprendre. Le programme républicain est en général plus ouvert au monde de la finance. Mais pour Gregori Volokhine, président de Meeschaert Capital Markets, Wall Street a peur de ce candidat imprévisible.

"Donald Trump a un discours tellement démagogique vis-à-vis de l'immigration, vis-à-vis des traités commerciaux. Il voit la Chine comme étant un ennemi. Tout cela serait extrêmement négatif", analyse Gregori Volokhine, qui étudie les marchés américains depuis plus de 30 ans. 

Clinton plus stable, malgré ses attaques contre la finance

Donald Trump, un candidat trop risqué aux yeux des traders, qui préfèrent donc la candidate démocrate, malgré ses attaques fréquentes contre le monde de la finance.

Gregori Volokhine explique: "Clinton dit que les compagnies pharmaceutiques abusent énormément de la finance, au niveau des prix de leurs produits, etc. Donc on ne peut pas dire que les démocrates soient les amis des marchés. Mais les marchés préfèrent ces démocrates, qu'ils connaissent, qu'ils maîtrisent. Et qu'ils paient: c'est peut-être un gros mot, mais si vous regardez les contributions de Wall Street, elles vont à 90% dans le camp d'Hillary Clinton".

Preuve de la complexité de ce scrutin, les investisseurs, eux, pensent l'inverse de Wall Street. Selon un récent sondage, ils sont 43% à estimer qu'une victoire républicaine serait meilleure pour l'économie, contre 26% seulement qui espèrent voir les démocrates à la Maison Blanche.
C. P. avec Caroline Mier et Francis Simoes