BFMTV

Un nouveau Bush à la Maison Blanche?

Jeb Bush, dans son bureau de gouverneur de Floride

Jeb Bush, dans son bureau de gouverneur de Floride - -

Jeb Bush, ancien gouverneur de Floride et frère de George W. Bush, tâte le terrain pour les primaires républicaines de 2016. Après le père et le fils aîné, le tour du petit frère Bush est-il venu?

Après le père et le fils aîné, un nouveau Bush va-t-il briguer la Maison Blanche? Jeb Bush, petit-frère de George W. Bush et fils de George H. W. Bush, a lancé cette semaine une offensive médiatique que beaucoup analysent comme une préparation officieuse pour la course à l'élection présidentielle 2016.

L'ancien gouverneur de Floride a publié un livre, Immigration Wars (en VF Les guerres de l'immigration), sur l'un des dossiers les plus brûlants du moment, et multiplié les entretiens avec les médias.

Il n'a pas annoncé sa candidature pour les primaires républicaines de 2016, mais n'a rien exclu.

Le thème de l'immigration

En retrait relatif de la scène médiatique depuis la fin de son mandat à la tête de la Floride, en 2007, il semblait rester comme en réserve du parti, dans l'attente du bon moment. Il n'a pas participé aux primaires de 2008 et 2012.

"Je ne dis pas oui, mais je ne dis simplement pas non", a-t-il dit mardi sur la chaîne MSNBC. "J'ai accompli des choses dans ma vie qui m'autorisent à avoir cette possibilité, à pouvoir y penser".

Le thème de l'immigration lui assure une visibilité immédiate, mais dans son livre, il a choisi de marquer sa différence sur un point crucial avec le projet de réforme préparé par de nombreux élus de son parti.

Jeb Bush se déclare dans son livre favorable à une régularisation des étrangers en situation irrégulière, mais pas à une loi qui conduirait à leur naturalisation.

Un nouveau match Bush-Clinton ?

Plusieurs républicains, à commencer par Marco Rubio, une étoile montante du parti qui pourrait aussi concourir en 2016, ont pourtant brisé le tabou de la naturalisation depuis la défaite présidentielle de novembre. Ils préparent une proposition de loi au Sénat qui devrait aussi recueillir le soutien de nombreux démocrates.

Jeb Bush a depuis rétropédalé sur MSNBC. "Si on arrive à mettre dans la loi (la naturalisation) sans que cela crée une incitation pour que les gens viennent dans le pays de façon illégale, alors je suis pour".

En attendant, le microcosme politique américain imaginait déjà l'affiche de la présidentielle de 2016, dans le cas où la démocrate Hillary Clinton était elle aussi candidate: un nouveau match Bush-Clinton, 24 ans après l'élection qui opposa le président sortant George H. W. Bush au démocrate Bill Clinton.