BFMTV

Incendies en Californie: à San Francisco, respirer l'air équivaut à fumer 8 cigarettes par jour

Nuage de fumée dans la région de Malibu, frappée par des incendies meurtriers, le 9 novembre 2018

Nuage de fumée dans la région de Malibu, frappée par des incendies meurtriers, le 9 novembre 2018 - DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Alors que le nord de la Californie est frappé depuis jeudi dernier par de violents incendies, l'air est devenu irrespirable pour les habitants.

"Mauvaise, très mauvaise, dangereuse." La qualité de l'air dans le nord de la Californie s'est fortement dégradée alors que de violents incendies se propagent depuis jeudi dernier. A tel point que dans certaines zones de l'Etat, respirer l'air extérieur équivaut à fumer une dizaine de cigarettes par jour.

D'après une étude menée par Richard Muller, professeur de physiques à l'université de Berkeley, et relayée sur le site américain Quartz, la concentration de particules fines de moins de 2.5 micromètres de diamètre (PM2,5) a atteint des pics records ces derniers jours. Alors que la moyenne s'établit à 22 microgrammes par mètre cube, à certains endroits, comme dans la petite ville de Ukiah située à 150 km de l'épicentre de l'incendie, elle s'élève désormais à près de 300 microgrammes. Soit l'équivalent pour la santé de la consommation de 13,6 cigarettes quotidiennement.

A San Francisco où la concentration de PM2,5 était vendredi de 177.7 microgrammes par mètre cube, respirer l'air revient à fumer 8 cigarettes par jour. L'étude rappelle qu'en Inde par exemple, le niveau de PM2,5 avait atteint 990 microgrammes par mètre cube, soit l'équivalent de 45 cigarettes par jour.

Mélanie Rostagnat