BFMTV

Donald Trump s'octroie 17 jours de vacances dans son golf

Donald Trump jouant au golf à Aberdeenshire en Ecosse, le 10 juillet 2012

Donald Trump jouant au golf à Aberdeenshire en Ecosse, le 10 juillet 2012 - ANDY BUCHANAN / AFP

Donald Trump va s'offrir 17 jours de vacances dans son golf du New Jersey. La Maison Blanche sera rénovée pendant son absence.

Le président Donald Trump a quitté vendredi Washington et la Maison Blanche pour des vacances de 17 jours qu'il passera dans l'un des clubs de golf de luxe dont il est propriétaire.

Il s'est envolé à 16 heures à Washington (22 heures à Paris) de la base aérienne d'Andrews pour Morristown (New Jersey), d'où il rejoindra le Trump National Golf Club de Bedminster, situé à 70 km à l'ouest de New York. La Maison Blanche doit faire l'objet de rénovations pendant son absence. 

Des "vacances de travail"

"Le président va continuer à travailler pendant les deux prochaines semaines", a toutefois affirmé une porte-parole de la Maison Blanche, Lindsay Walters, évoquant des "vacances de travail".

Depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump a souvent passé ses week-ends dans sa résidence de Bedminster ou dans sa propriété de Mar-a-Lago, en Floride, baptisée la "Maison Blanche d'hiver", fermée pendant la saison estivale. 

La presse américaine affirme que Donald Trump prend bien plus de vacances que son prédécesseur Barack Obama, qu'il critiquait pourtant inlassablement sur ce sujet. 

53 jours de vacances pour Trump

Le Washington Post a même comptabilisé les jours passés par Donald Trump dans ses résidences ou consacrés à une partie de golf. Fin août, Donald Trump aura pris 53 jours de "loisirs" contre 15 pour Barack Obama sur la même période, selon ce décompte.

"Je quitterai rarement la Maison Blanche parce qu'il y a tellement de travail à faire", avait dit Donald Trump pendant la campagne électorale en juillet 2015. "Je n'aurai pas le temps de jouer au golf", avait-il ajouté en août 2016.

Les Américains ont en moyenne dix jours de congés payés par an, selon le magazine Fortune.

C. P. avec AFP