BFMTV

Destitution: Donald Trump, mis en accusation pour abus de pouvoir et entrave, sera jugé au Congrès

Il appartient désormais au Sénat de juger Donald Trump, sans doute en janvier. Les républicains, qui dénoncent une "supercherie" et contrôlent la chambre haute, ont la ferme intention d'acquitter leur président.

Donald Trump a été mis en accusation ce mercredi soir lors d'un vote au Congrès synonyme de procès en destitution pour l'ex-homme d'affaires, qui a immédiatement dénoncé la "haine" de ses adversaires politiques. Après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, il est le troisième président américain à connaître une telle procédure.

La Chambre des représentants, dominée par les démocrates, s'est prononcée en faveur de l'"impeachement" du milliardaire républicain de 73 ans pour "abus de pouvoir", par 230 voix contre 197. Un second chef d'accusation, pour entrave au travail du Congrès, en raison de son refus de participer à l'enquête, a été adopté avec 229 voix pour, 198 contre et une abstention.

Il lui est reproché d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur un de ses rivaux potentiels à la présidentielle de 2020, Joe Biden. "Il était prêt à sacrifier notre sécurité nationale (...) pour améliorer ses chances de réélection", a accusé le démocrate Adam Schiff. 

Le 25 juillet, Donald Trump a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky, novice en politique et en proie à un conflit avec la Russie, d'annoncer une enquête anti-corruption contre le démocrate Joe Biden et son fils Hunter, ex-membre du conseil d'administration d'une entreprise gazière ukrainienne. Un faisceau d'informations concordantes et de témoignages semble de plus attester qu'un lien avait été établi entre une annonce éventuelle de ces investigations et le déboursement d'une aide militaire américaine pour l'Ukraine.

Un probable acquittement au Sénat

Il appartient désormais au Sénat de juger Donald Trump, sans doute en janvier. Les républicains, qui dénoncent une "supercherie" et contrôlent la chambre haute, ont la ferme intention d'acquitter leur président. "Le président a confiance dans le Sénat pour rétablir l'ordre", a réagi dans la foulée la Maison Blanche. "Il est prêt pour les prochaines étapes et a confiance dans le fait qu'il sera totalement disculpé".

En meeting à Battle Creek, dans le Michigan, à environ 1000 km de Washington, Donald Trump a accusé la "gauche radicale" d'être rongée par "l'envie et la haine" et estimé que les démocrates d'essayer "d'annuler le vote de dizaines de millions d'Américains" en tentant de le pousser hors de la Maison Blanche. Et a estimé que ses adversaires politiques venaient de commettre un "suicide politique".

"Les actes irresponsables du président rendent sa mise en accusation nécessaire", a rétorqué Nancy Pelosi, la chef des démocrates au Congrès. "Il ne nous a pas laissé d'autre choix", a-t-elle ajouté.

M.D. avec AFP