BFMTV

Ce moment (gênant) où Ted Cruz assure qu’il n’est pas à l’origine du "Like" sur un tweet porno

Interviewé sur CNN ce mercredi, Ted Cruz est revenu sur l’affaire du Tweet. La veille, le compte Twitter du sénateur républicain du Texas avait "liké" un tweet pornographique. Selon lui, il n’a rien à voir avec ce "J’aime" malencontreux et il s’agirait d’une erreur d’un membre de son staff.

"Ce n’était pas moi". C’est par ces mots que Ted Cruz a assuré que ce n’était pas lui qu’il n’était pas à l’origine du "J’aime" sur un tweet pornographique mardi. Sa défense consiste à dire que c’est un membre de son staff qui a "accidentellement appuyé sur le mauvais bouton".

Visiblement gêné, le candidat malheureux à la primaire républicaine s’est expliqué mercredi face à Dana Bash, une journaliste de CNN. Très tôt la veille, de nombreux internautes se sont aperçu que le compte Twitter de Ted Cruz avait "liké" un tweet d’une page intitulée "Sexuall Posts" qui était rattachée à une vidéo classée X.

"Il a juste merdé"

Le "Like" a depuis été supprimé, mais l’inopportun événement avait déjà enflammé la toile.

"Ça a généré beaucoup d’amusement, ça a créé beaucoup de blagues, je comprends. J’ai même vu quelqu’un, sur le web, qui rigolait en disant que ‘Si seulement c’était arrivé pendant la présidentielle, Ted Cruz serait à la Maison Blanche maintenant", a-t-il raconté.

Connu pour ses positions conservatrices, le sénateur du Texas a martelé que c’était un membre de son personnel qui était l’origine d’une "erreur involontaire" et qui avait "juste merdé".

"Ce n’était pas malveillant", a-t-il précisé, ajoutant que cette personne avait été identifiée mais qu’il refusait de donner son nom. "Je ne le jetterai pas en pâture sur la place publique. Nous nous en sommes occupés de manière interne", a-t-il indiqué.

Cette scène pour le moins embarrassante rappelle la manière dont Bill Clinton avait nié, en 1998 devant les caméras de télévision, les allégations qui lui prêtaient une liaison avec Monica Lewinsky. Quelques mois plus tard, l’ex-président américain revenait sur ses propos et avouait tout.
Marie-Caroline Meijer