BFMTV

Amérique Latine: le coronavirus poursuit sa progression au Brésil, au Pérou et au Chili

Une équipe médicale transportant un patient malade du Covid-19 à Portel.

Une équipe médicale transportant un patient malade du Covid-19 à Portel. - Tarso Sarraf / AFP

Avec des contaminations en hausse dans plusieurs pays, le continent latino-américain est devenu le nouvel épicentre de l'épidémie.

La propagation du coronavirus "s'accélère" au Brésil, au Pérou et au Chili, a prévenu mardi une agence régionale de l'Organisation mondiale de la santé, appelant ces pays à ne pas relâcher les mesures destinées à ralentir les contaminations.

"En Amérique du Sud, nous sommes particulièrement inquiets étant donné que le nombre de nouveaux cas enregistré la semaine dernière au Brésil est le plus haut sur une période de sept jours, depuis le début de la pandémie", a déclaré Carissa Etienne, directrice de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), basée à Washington. "Le Pérou et le Chili ont aussi enregistré des taux élevés, signe que la propagation s'accélère dans ces pays", a-t-elle ajouté. 

L'Amérique latine et les Caraïbes comptent désormais 774.767 cas officiels de contaminations au nouveau coronavirus et plus de 41.600 morts, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi. Le nombre quotidien de nouvelles contaminations a dépassé celui de l'Europe et des Etats-Unis, faisant du continent latino-américain "sans aucun doute" le nouvel épicentre de la pandémie, selon l'OPS. 

10 décès officiellement recensés au Venezuela, au moins 30.000 selon l'université Johns Hopkins

"Pour la majorité des pays des Amériques, ce n'est pas le moment de relâcher les restrictions ou de réduire les stratégies de prévention", a souligné Carissa Etienne.

Et ce, alors que le nombre de cas déclarés dans certains pays latino-américains est très probablement loin de la réalité, selon l'ONG Human Rights Watch. Le Venezuela, qui compte près de 30 millions d'habitants, n'a enregistré officiellement que 10 décès dus au Covid-19 et 1.121 contaminations. 

"Nous pensons que les chiffres, les statistiques que fournissent le gouvernement du Venezuela, les statistiques (du président) Maduro, sont totalement absurdes et ne sont pas crédibles", a assuré mardi José Miguel Vivanco, directeur de Human Rights Watch pour les Amériques, lors d'une visioconférence. 

Selon "une estimation prudente" du docteur Kathleen Page, professeur associée à l'université Johns Hopkins, il y aurait au moins 30.000 morts du coronavirus au Venezuela.

H.G. avec AFP