BFMTV

Algérie: démission du président du Conseil constitutionnel

Le président du Conseil constitutionnel algérien, Taïeb Belaiz, donne une conférence de presse à Alger, le 18 avril 2014

Le président du Conseil constitutionnel algérien, Taïeb Belaiz, donne une conférence de presse à Alger, le 18 avril 2014 - Farouk Batiche, AFP/Archives

Après Abdelaziz Bouteflika, c'est au tour du président du Conseil constitutionnel algérien, Tayeb Belaiz, de présenter sa démission.

Le président du Conseil constitutionnel algérien, Tayeb Belaiz, une des principales figures du régime contre lequel s'élèvent les manifestants, a présenté sa démission mardi, rapporte la télévision nationale algérienne.

Les contestataires, qui ont obtenu le départ de Bouteflika après 20 ans de règne le 2 avril dernier, réclamaient désormais le départ des "3 B": le président par intérim Abdelkader Bensalah, le Premier ministre Noureddine Bédoui, et M. Belaiz.

Tayeb Belaiz, un proche du président Abdelaziz Bouteflika, est la deuxième personnalité majeure à démissionner du gouvernement algérien. Alors que la télévision algérienne annonçait la nouvelle, les étudiants qui manifestent aujourd'hui par dizaines de milliers dans les rues d'Alger et dans plusieurs autres villes, ont réagi en scandant "Dégage, dégage".

Le Conseil constitutionnel est notamment chargé de valider les candidatures à la présidentielle contestée fixée au 4 juillet pour élire un successeur au président démissionnaire Abdelaziz Bouteflika et de veiller à la régularité des opérations de vote.

Aude Solente avec AFP