BFMTV

Mali: un troisième soldat français tué, annonce l'Elysée

Des soldats français déployés au Mali dans le cadre de l'opération Serval.

Des soldats français déployés au Mali dans le cadre de l'opération Serval. - -

Un caporal français a trouvé la mort samedi soir au nord du Mali, indique l'Elysée.

Un soldat du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers (Ariège) est mort samedi soir dans le nord du Mali, affirme l'Elysée. Ce caporal français aurait été tué par balle lors d'affrontements à courte distance.

Ce décès est le troisième depuis le début de l'intervention de l'armée française dans ce pays, déclenchée le 11 janvier dernier. Dans un communiqué, François Hollande a adressé ses condoléances à la famille et exprimé son "profond respect pour le sacrifice de ce jeune soldat". Le soldat tué s'appelait Cédric Charenton, il était âgé de 26 ans.

Le président de la République "salue avec émotion le courage et l’ardeur des forces françaises engagées dans le combat contre les groupes armés terroristes pour restaurer la pleine souveraineté du Mali, aux côtés des forces armées maliennes", indique encore le communiqué élyséen.

L'état-major revient sur les circonstances de cette attaque

Tout au long de la journée, "les parachutistes avaient engagé le combat à plusieurs reprises avec les éléments terroristes", a précisé le colonel Thierry Burkhard. Vers 18 heures, un parachutiste de Pamiers a été tué "en montant à l'assaut d'une position ennemie avec sa section". "Ce n'est pas un tireur isolé qui a ouvert le feu par surprise, c'était bien une action conduite par la section du 1er régiment de chasseurs parachutistes", a aussi précisé Thierry Burkhard.

"Nous n'avons pas fait de prisonniers dans cette zone", indique-t-il encore. Avant de préciser: "la mission est de localiser, rechercher et détruire les groupes islamistes qui se trouveraient" dans cette zone.

La zone en question s'étend sur "25 kilomètres carrés". Sur ce vaste territoire où les armées française tchadienne coordonnent des opérations, "1.200 soldats français et 800 soldats tchadiens" sont déployés.

Une "quinzaine d'islamistes neutralisés", indique l'état-major

"Au moins une quinzaine" de combattants islamistes ont été "neutralisés" par les forces françaises samedi dans le nord du Mali, a indiqué l'état-major des armées.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a, de son côté, indiqué sur son compte Twitter que le soldat français mort samedi au Mali a été tué dans "l'un des combats les plus violents" depuis le début de l'opération militaire française.

Le souvenir de son sacrifice dans l'un des combats les plus violents que nous ayons menés sur le territoire malien nous animera à jamais.
— Jean-Yves Le Drian (@JY_LeDrian) 3 mars 2013

Selon une source militaire malienne, au moins 50 islamistes du Mujao auraient péri depuis vendredi dans des combats près de Gao, la plus grande ville du nord du Mali située à 1.200 kilomètres de Bamako.

A LIRE AUSSI:

>> Mali: Abou Zeïd, chef d'Aqmi aurait été tué

>> Mali: Mokhtar Belmokhtar aurait été tué par l’armée tchadienne

>> Au Mali, l’opération séduction de l'armée française

David Namias et Julie Guillot (sujet vidéo)