BFMTV

Egypte: les enjeux du nouveau procès Moubarak

Le procès en appel d'Hosni Moubarak s'ouvre samedi au Caire.

Le procès en appel d'Hosni Moubarak s'ouvre samedi au Caire. - -

Le nouveau procès du président égyptien déchu Hosni Moubarak s'ouvre samedi au Caire. Mais le sort de l'homme qui a dirigé l’Égypte pendant 30 ans est éclipsé par la tourmente politique et économique que traverse le pays.

Samedi, s'ouvre le procès en appel du président égyptien déchu. Hosni Moubarak, son ancien ministre de l'Intérieur Habib el-Adli et six anciens responsables de la sécurité vont être rejugés pour complicité dans le meurtre et tentative de meurtre de centaines de manifestants pacifiques qui protestaient contre le régime au Caire, à Alexandrie, Suez et d'autres provinces entre le 25 et le 31 janvier 2011.

Un nouveau procès qui passe relativement inaperçu, dans un contexte économique et politique chaotique.

> Le procès

Condamné à perpétuité en 2012. Le 2 juin 2012, Hosni Moubarak, président égyptien déchu en janvier 2011, lors de la révolution, et son ex-ministre de l'Intérieur Habib el-Adli ont été condamnés à la réclusion à perpétuité en première instance, pour la mort de manifestants pendant la révolte.

Mais l'espoir suscité par les premières audiences de ce qui a été qualifié de "procès du siècle" en Egypte était vite retombé, et ONG et défenseurs des droits de l'Homme avaient parlé d'un processus entaché d'irrégularités n'ayant pas réussi à identifier les responsables.

Un nouveau procès en appel. Dans un arrêt rendu le 13 janvier, la Cour de cassation avait jugé recevable l'appel de l'ancien dirigeant et de son ministre de l'intérieur. La date en a été fixée au 13 avril.

> Le contexte

Le procès est éclipsé par la situation une situation économique catastrophique. Le 2 avril dernier, le secrétaire d'Etat John Kerry, un mois après une visite au Caire a déclaré que les Etats-Unis étaient "réellement inquiets" de la situation politique, économique et des droits de l'Homme en Egypte.

Le pays attend un prêt du FMI. Le 3 avril, une mission du Fonds monétaire international (FMI) a été dépêchée en Egypte pour des discussions sur un prêt destiné à aider le pays. Par ailleurs, le 11 avril, la Libye a accordé à l'Egypte un prêt de deux milliards de dollars sans intérêt.

Des heurts interreligieux. Le 5 avril dernier, quatre Coptes et un musulman ont été tués dans des affrontements confessionnels au nord du Caire. De nouveaux heurts meurtiers ont eu lieu à l'issue des funérailles des Coptes deux jours plus tard.

Le pays travers également une crise politique majeure. Le mandat de Mohamed Morsi a jusqu'ici été marqué par une profonde crise politique ainsi que des affrontements meurtriers entre manifestants et policiers. Des élections législatives doivent également se tenir fin avril. L'opposition s'est déclaré déterminée à les boycotter.

> Le pays entre indifférence et colère

"Le pays ne va probablement pas prêter attention au procès", a dit H.A Hellyer, de la Brookings Institution. "Il y a une possibilité que le parti au pouvoir utilise le procès pour détourner l'attention des problèmes auxquels il fait face", a-t-il ajouté.

Mais bien que le sort de Hosni Moubarak semble peu importer à beaucoup, le fait que personne n'ait rendu de comptes pour la mort de près de 850 personnes en 18 jours de soulèvement début 2011 continue à susciter la colère et la frustration.

M.R. avec AFP