BFMTV

Egypte: Arabie Saoudite et Emirats apportent leur aide financière

Des partisans du président déchu Mohamed Morsi, le 5 juillet, au Caire.

Des partisans du président déchu Mohamed Morsi, le 5 juillet, au Caire. - -

Près d'une semaine après l'éviction du président égyptien Mohamed Morsi par l'armée, qui entraîne une crise interne émaillée de violences en Egypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont octroyé une aide financière afin de soutenir l'économie du pays.

L'Arabie saoudite a annoncé mardi l'octroi d'une aide de 5 milliards de dollars à l'Egypte pour soutenir l'économie de ce pays, six jours après la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi.

Selon l'agence officielle Spa, l'aide, décidée par le roi Abdallah, consiste en un dépôt, sans intérêt, de deux milliards de dollars à la Banque centrale d'Egypte, un don d'un milliard de dollars et l'équivalent de deux milliards en produits pétroliers et gaziers.

Aide totale de 8 milliards de dollars

Cette annonce porte à 8 milliards de dollars l'ensemble des aides annoncées mardi par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis à l'Egypte.

Le ministre saoudien des Finances, Ibrahim al-Assaf, cité par l'agence Spa, a précisé que l'aide de Ryad était destinée à "soutenir l'économie de l'Egypte face aux défis que rencontre ce pays", confronté à des difficultés économiques et à une instabilité politique depuis la chute du régime de Hosni Moubarak en 2011.

L'Arabie saoudite a favorablement accueilli la destitution la semaine dernière de Mohamed Morsi et le roi Abdallah a été le premier chef d'Etat étranger à féliciter le président par intérim Adly Mansour, quelques heures après sa nomination.

Première aide matérielle aux nouvelles autorités égyptiennes

Les Emirats arabes unis, une autre monarchie du Golfe, ont annoncé plus tôt une assistance à l'Egypte de 3 milliards de dollars, dont un don d'un milliard de dollars et d'un dépôt, sans intérêt, de deux milliards de dollars à la Banque centrale égyptienne.

L'aide des Emirats et de l'Arabie saoudite est la première du genre au profit des nouvelles autorités égyptiennes. Elle intervient une semaine après la mise à l'écart de Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, après un mouvement de contestation populaire.

A.S. avec AFP