BFMTV

Centrafrique: quelle est la mission de la France?

Des soldats français de l'opération Boali devant un checkpoint près de l'aéroport de Bangui, le 10 octobre 2013.

Des soldats français de l'opération Boali devant un checkpoint près de l'aéroport de Bangui, le 10 octobre 2013. - -

Une résolution de l'ONU va permettre de déploiement de 1.200 soldats français en Centrafrique, et autoriser le recours à la force.

Ce jeudi, 250 militaires français sont déjà à pied d'oeuvre dans les rues de Bangui, la capitale centrafricaine, où des affrontements armés auraient déjà fait des dizaines de morts et de blessés. En attendant le vote de la résolution de l'ONU qui va fixer les termes de leur mission, les soldats français parent à la première urgence, protégeant les ressortissants français et les points névralgiques de la ville. Que vient faire la France dans ce pays enclavé au coeur du continent africain? BFMTV.com vous éclaire sur l'intervention de la France en Centrafrique.

> Quelle sera la mission de la France en Centrafrique ?

La France va intervenir militairement dans le cadre fixé par une résolution de l'ONU, qui doit être adoptée jeudi à l'unanimité des 15 membres du Conseil de sécurité, réuni à New York. Paris a mené un intense travail de persuasion pour aboutir à ce résultat, avec la conviction que la Centrafrique est en proie à des massacres de masse.

La République centrafricaine est plongée dans le chaos depuis le renversement du président François Bozizé, en mars dernier, par la Séléka, une coalition hétéroclite à dominante musulmane. Depuis, le pays s'enfonce dans des règlements de comptes meurtriers, à la fois interethniques et interreligieux, un fait très inhabituel dans ce pays.

Ainsi que l'a annoncé Laurent Fabius jeudi matin sur BFMTV, 1.200 soldats français vont se déployer en Centrafrique pour rétablir l'ordre, dont la moitié sont déjà sur place, sous les ordres du général Soriano. Dès le feu vert de l'ONU, François Hollande n'aura plus qu'un mot à dire pour déclencher l'opération "Sangaris", mais uniquement en appui de la force africaine déjà présente dans ce pays, la Misca.

> Que dit la résolution de l'ONU ?

La résolution de l'ONU précise le cadre et les limites de l'intervention de l'armée française en Centrafrique (RCA). Premier point, cette résolution est inscrite sous le chapitre 7 de la Charte de l'ONU: en clair, elle autorise le recours à la force armée. On n'est pas dans une simple mission d'observation.

Un chapitre est explicitement consacré au rôle de l'armée française au sein de la Misca, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, composée de soldats africains.

La résolution de l'ONU "autorise les forces françaises en RCA, dans la limite de leurs capacités et de leurs zones de déploiement, et de manière temporaire, à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca dans l'accomplissement de son mandat".

> Quel sera le calendrier de l'intervention ?

Jeudi matin sur BFMTV, Laurent Fabius a clairement laissé entendre que le déclenchement de l'opération "Sangaris" n'est plus qu'une question de jours. Dès l'adoption de la résolution par le Conseil de sécurité de l'ONU, jeudi à New York, le président François Hollande pourra à tout moment donner le coup d'envoi. Il le fera probablement d'ici au week-end prochain au plus tard.

Dès lors, la résolution fixe une durée d'intervention d'un an: la Misca est autorisée à restée déployée en Centrafrique "pour une période de douze mois".

Parallèlement, Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, va mettre en place une commission d'enquête internationale, pour une période initiale d'un an également. "L'enquête portera sur les exactions commises depuis le 1er janvier 2013", précise la résolution de l'ONU. A terme, l'opération devra "mener à la tenue d'élections présidentielle et législatives libres".

Alexandre Le Mer