BFMTV

Procès Pistorius: l'athlète accusé d'avoir pris des cours de théâtre

Oscar Pistorius à son procès, en Afrique du Sud, le 16 avril 2014. Il est accusé d'avoir pris des cours de théâtre pour se préparer à affronter ses juges.

Oscar Pistorius à son procès, en Afrique du Sud, le 16 avril 2014. Il est accusé d'avoir pris des cours de théâtre pour se préparer à affronter ses juges. - -

Une journaliste sud-africaine affirme que le champion paralympique, accusé de meurtre, a appris à maîtriser ses émotions avant de faire face au tribunal. Oscar Pistorius dément.

On l'a vu pleurer et même vomir en plein procès. Joue-t-il la comédie depuis le début? Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, accusé d'avoir assassiné sa petite amie Reeva Steenkamp, n'a pas pris de cours de théâtre pour préparer son éprouvant procès, contrairement à ce qu'a affirmé une journaliste, a assuré une porte-parole de l'athlète mardi.

"Je tiens de source sûre que vous prenez des cours de théâtre pour vos journées au tribunal", avait pourtant écrit sur son blog la journaliste sud-africaine Jani Allan, dans un billet daté du 14 avril, s'adressant à l'athlète qu'elle qualifie de "faux héros", qui a trahi ses admirateurs.

"Sa suggestion que M. Pistorius 'a pris des cours de théâtre' est complètement dénuée de toute vérité", a réagi la porte-parole Annelise Burgess dans un communiqué posté mardi sur son site internet.

"Nous (...) démentons dans les termes les plus vifs que notre client ait pris des 'cours de théâtre' ou de maîtrise de ses émotions", a-t-elle ajouté.

Des sanglots et des nausées

Oscar Pistorius, 27 ans, a donné depuis le début de son procès le 3 mars l'image d'un jeune homme très affecté par la mort de son amie Reeva Steenkamp, qu'il a abattue de quatre balles le 14 février 2013.

Il a éclaté en sanglots et a été pris de nausées à plusieurs reprises, quand la Cour a évoqué le meurtre, et de nombreux observateurs ont pensé qu'il simulait.

L'athlète affirme qu'il a tué Reeva Steenkamp, un mannequin de 29 ans, "par erreur", la prenant pour un cambrioleur caché dans les toilettes. L'accusation pense au contraire qu'il l'a abattue de sang-froid.

Le procès doit reprendre le 5 mai.

V.R. avec AFP