BFMTV

L'Afrique du Sud autorise le commerce de cornes de rhinocéros

Rhinocéros au Kenya. (Illustration)

Rhinocéros au Kenya. (Illustration) - TONY KARUMBA / AFP

La justice sud-africaine a levé un moratoire qui interdisait la vente de cornes de rhinocéros. Pour les ONG, cette décision va faire augmenter encore le braconnage.

C'est une "décision extrêmement dangereuse" qu'a pris la justice sud-africaine, selon les défenseurs de l'environnement. Un jugement de la cour de Pretoria a suspendu "le moratoire sur la vente de corne de rhinocéros", permettant ainsi son commerce en Afrique du Sud. Les ONG craignent une "intensification" du braconnage contre cette espèce, déjà menacée d'extinction par cette pratique. 

1.200 rhinocéros tués en 2014

Le débat engagé depuis plusieurs années entre opposants et partisans de la légalisation fait rage en Afrique du Sud, qui abrite 80% de la population mondiale de rhinos et où le braconnage a explosé ces dernières années. En 2014, le pays a enregistré le pire massacre de son histoire avec 1.215 rhinocéros tués, la plupart dans le célèbre parc Kruger.

Ce trafic alimente un marché clandestin de la médecine traditionnelle asiatique, notamment au Vietnam et en Chine, où l'on prête des vertus thérapeutiques, non prouvées scientifiquement, à la poudre de corne.

"Acheter légalement" de la corne

"Mon client espère que la légalisation du commerce va permettre la réduction du braconnage. Au lieu de tuer les animaux, les gens qui voudront de la corne pourront en acheter légalement en provenance d'animaux encore en vie", a réagi Izak du Toit, avocat de John Hume, l'un des plaignants qui élève plus de 1.200 rhincéros sur ses ranchs en Afrique du Sud.

Le ministère sud-africain de l'Environnement a annoncé son intention de faire appel du jugement. Mais dans l'immédiat, le commerce de la corne de rhinocéros est légal en Afrique du Sud et reste soumis à la délivrance d'un permis. 

Pour les ONG, le braconnage va augmenter

Pour plusieurs défenseurs de l'environnement, la légalisation du commerce de la corne de rhinocéros risque d'aggraver le fléau juteux du braconnage. "C'est une décision extrêmement dangereuse. Quand un pays légalise le commerce de ce genre, le braconnage augmente de manière spectaculaire", a mis en garde Jason Bell, directeur en Afrique du Sud de l'organisation de défense des animaux Ifaw. "On dit qu'au marché noir le kilo de corne de rhinocéros se vend 60.000 dollars", dit Izak du Toit.

M. L. avec AFP