BFMTV

Afrique du Sud: 11 mineurs secourus, 200 autre piégés

Plus de 200 mineurs sont pris au piège dans une mine d'or illégale, à l'est de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Plus de 200 mineurs sont pris au piège dans une mine d'or illégale, à l'est de Johannesburg, en Afrique du Sud. - -

Plus de 200 mineurs étaient toujours pris au piège lundi matin dans une mine d'or illégale à l'est de Johannesburg. La chute d'un bloc de rocher a bloqué l'issue du puits. Si 11 mineurs ont pu être secourus, de nombreux autres refusent de sortir par peur d'être livrés à la police.

Plus de 200 mineurs seraient pris au piège dimanche dans une mine d'or illégale à l'est de Johannesburg. Onze d'entre eux ont pu être secourus, ont annoncé les secours. "La plupart ne présentent pas de blessures apparentes mais ils font l'objet d'un examen médical", a expliqué Russel Meiring, de l'organisation privée de secours d'urgence ER24.

"Nous sommes entrés en communication avec une trentaine de mineurs coincés. Ils nous dit qu'il y en avait 200 autres en dessous d'eux", a déclaré Werner Vermaak, porte-parole de ER24.

Le porte-parole n'a pas été en mesure de confirmer par lui-même la présence des 200 autres mineurs et des responsables municipaux n'ont de leur côté confirmé que le chiffre d'une trentaine de personnes prises au piège.

Des accidents fréquents dans les mines sud-africaines

Les mineurs étaient descendus samedi dans la mine exploitée illégalement, creusée derrière un stade de cricket, dans le quartier de Benoni. Ils n'ont pas pu ressortir en raison de la chute d'un bloc de rocher qui a bloqué l'issue du puits.

"Nous sommes en train de tenter de les secourir", a déclaré le porte-parole des services de secours de la municipalité d'Ekurhuleni, Roggers Mamaila, dont fait partie Benoni. Des équipements lourds d'excavation ont été amenés sur place mais, a dit Werner Vermaak, "l'accès (aux mineurs) est actuellement très difficile". 

Les accidents de mines sont fréquents en Afrique du Sud, qu'elles soient exploitées légalement ou non.

L. B. avec AFP