BFMTV

Pollution intérieure: un coût de 19 milliards d'euros par an

Les particules liées à la cigarette sont une des principales causes de la pollution de l'air intérieur (photo d'illustration).

Les particules liées à la cigarette sont une des principales causes de la pollution de l'air intérieur (photo d'illustration). - -

Ce chiffre a été établi en additionnant le coût estimé des vies humaines perdues, celui de la dégradation de la qualité de vie, les pertes de production pour l'économie et le coût pour les finances publiques à travers les dépenses en soins et en recherche.

Les particules et autres polluants atmosphériques ne sont pas seulement nocifs dans la rue. La pollution de l'air intérieur (c'est-à-dire en lieu clos) a aussi un impact sur la santé. Et son coût global pour la collectivité atteindrait environ 19 milliards d'euros par an.

Décès prématurés, remboursement des soins, pertes de production... L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rédigé la première facture, encore incomplète, des différents coûts générés par la pollution de l'air intérieur. Il s'agit de la première du genre.

Et bien que davantage "illustrative" que "quantitative" en raison du manque de données pour certains polluants, l'Anses évalue à près de 20.000 par an les décès prématurés provoqués par six polluants de l'air intérieur.

Attention aux bâtiments mal ventilés

Principales conséquences: les maladies respiratoires liées au tabagisme passif, le cancer du poumon associé au radon, gaz radioactif naturel qui se concentre dans un bâtiment mal ventilé, et la leucémie liée au benzène, présent dans des produits de bricolage, les meubles ou encore les isolants.

Le coût global de cette pollution a été établi en additionnant le coût estimé des vies humaines perdues, celui de la dégradation de la qualité de vie liée aux traitements médicaux, les pertes de production pour l'économie et le coût pour les finances publiques à travers les dépenses en soins et en recherche. Pour l'Anses, il s'élèverait à 19,5 milliards d'euros.

M. T. avec AFP