BFMTV

Piétonnisation des voies sur berges: ces chiffres qui fragilisent la mairie de Paris 

Selon les chiffres des capteurs de la mairie de Paris, le nombre de voitures sur les quais hauts à augmenter

Selon les chiffres des capteurs de la mairie de Paris, le nombre de voitures sur les quais hauts à augmenter - Bertrand GUAY / AFP

Selon les capteurs de la mairie de Paris, dont les chiffres sont révélés par Le Parisien, le nombre de voitures sur les quais hauts est passé de 631.733 en septembre de 2015 à 730.161 en septembre 2018.

Trois jours après l’annulation de l’arrêté de piétonnisation des voies sur berges de la mairie de Paris par la Cour d’appel, ce sont des chiffres qui risquent de mettre un peu plus en difficulté Anne Hidalgo et son équipe.

Selon Le Parisien, qui s’est procuré les observations des capteurs de la mairie, le nombre de voitures sur les quais hauts a augmenté depuis la piétonnisation des voies sur berges. Dans le détail, 631.733 passages ont été comptabilisés sur les quais hauts et le boulevard Saint-Germain en septembre 2015, avant la mise en place de la piétonnisation, contre 730.161 en 2018.

Même chose quais de la Mégisserie où 900.584 passages ont été enregistrés en septembre 2015 contre 1.247.704 cette année. Ces chiffres témoignent du changement de comportement des automobilistes qui semblent s’être rabattus sur d’autres voies que les voies sur berges, plutôt que d’abandonner leurs véhicules comme le souhaite la mairie. 

La pollution en hausse sur les quais hauts

S’agissant de la pollution, l’évaluation est difficilement réalisable. Mais là-encore, les premiers chiffres connus ne semblent pas vraiment encourageants. D’après l’association de surveillance de la qualité de l’air, les moyennes de dioxyde d’azote (NO2) ont augmenté de 9% entre août 2016 et août 2017 au niveau du quai des Célestins, contrairement au reste de la capitale où la pollution à tendance à baisser.

Si Airparif affirme que cette augmentation est "vraisembablement" due à la hausse du nombre de véhicules, l’organisme rappelle que "comparer ces données est difficile, car on ne prend pas en compte les conditions météorologiques".

Une deuxième décision de justice attendue ce jeudi

Le Parisien évoque enfin le bruit qui aurait augmenté lui aussi sur les quais hauts. Le quotidien s’appuie sur une étude de septembre 2017 qui pointe des hausses de 2,2 décibels sur les quais de la Mégisserie et 1,4 décibel sur celui des Célestins. À l’inverse, le bruit a mécaniquement diminué sur les quais bas.

Ce jeudi, le tribunal administratif doit rendre sa décision sur le second arrêté de la mairie de Paris qui cette fois, plus que la pollution, met en avant la préservation du patrimoine pour justifier la piétonnisation des voies sur berges.

P.L