BFMTV

Paris: déploiement de 140 portiques anti-fraude en gare Saint-Lazare d'ici 2019

La gare Saint-Lazare est la dernière grande gare parisienne totalement "ouverte" et sera la première à être équipée de ces portiques nouvelle génération.

Deux portiques anti-fraude ont été mis en service symboliquement ce mercredi à la gare Saint-Lazare, seule grande gare parisienne encore totalement "ouverte".

Après les portiques installés le long des quais des lignes normandes, 140 vont être installés aux 8 accès de la gare d'ici mi-2019. Il faudra donc désormais passer son titre de transport sur les valideurs pour pouvoir accéder aux trains de banlieue.

L'objectif: lutter contre la fraude et améliorer la sécurité. Conçus pour les zones de "Mass Transit", ces portiques permettront de faciliter le flux très important de passagers à la gare Saint-Lazare, qui voit défiler chaque jour 450 000 voyageurs. De 21 passages par minute, ces portiques nouvelle génération permettront de passer à 35, détaille Alain Krakovitch le directeur général de la SNCF Transilien.

Mais pour Arnaud Bertrand, président de l'association d'usagers "Plus de trains", le risque est de voir les portiques trop engorgés: "La gare Saint-Lazare est une gare où il y a énormément de monde le matin qui arrive de la banlieue en même temps, et on a très peur que ça bloque. On sera très vigilant quant au pied central de la gare et à ce qu'il ne soit pas noir de monde et congestionné", assure-t-il à BFM Paris.

Trente-trois autres gares concernées

Quant à la fraude, qui coûte 63 millions d'euros par an à la SNCF en Ile-de-France d'après cette dernière, ces portiques devraient permettre de la limiter grâce à un système de détection intégré. Pour Valérie Pécresse, cette lutte anti-fraude permettra également de lutter contre l'insécurité: "60% des actes de délinquance dans les transports sont commis par des personnes qui n'ont pas de billets", précise la présidente de la région et d'IDFM.

Arnaud Bertrand se réjouit quant à lui d'une baisse éventuelle des fraudes: "S'il y a moins de fraudeurs, ça veut dire qu'il y a plus d'argent dans les caisses de IDF Mobilités et donc pour de nouveaux trains ou des aiguilleurs."

Plus globalement, un plan prévoit d'équiper 33 autres gares franciliennes d'ici 2021, pour un coût de 55 millions d'euros, financé par IDF Mobilités.

Manon Fossat