BFMTV

Loi climat: des membres de la Convention Citoyenne appellent à manifester le 28 mars

Les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat à l'Elysée le 20 juin 2020.

Les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat à l'Elysée le 20 juin 2020. - BFMTV

Ils avaient été tirés au sort pour contribuer à écrire cette loi, mais après le rendu de leurs travaux, les 150 citoyens français ne sont pas satisfaits du projet proposé par le gouvernement.

Plus d'un an après leur tirage au sort, et quelques mois après le rendu de leur rapport au gouvernement, certains des membres de la Convention Climat appellent à manifester dimanche 28 mars, contre la loi Climat et Résilience, issue de leurs propres travaux. 150 citoyens français avaient été tirés au sort, et avaient notamment pour objectif de proposer des solutions pour "réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2030".

Selon le site Vie Publique, "le projet de loi 'Climat et Résilience' concrétise une partie des 146 propositions de la Convention citoyenne pour le climat retenues par le chef de l'État". Mais pour les membres de cette convention, leur travail a été fortement affaibli, et le texte final ne leur convient pas - la majorité a jugé le résultat "insatisfaisant", avec une note moyenne de 2,5 sur 10 attribuée au texte du gouvernement.

En ce sens, "des membres de la Convention et une centaine d’organisations appellent à des rassemblements à la veille de l’examen du projet de loi 'Climat Résilience' en séance plénière à l’Assemblée nationale pour dénoncer son manque d’ambition et exiger un texte à la hauteur de l’urgence écologique", écrit dans un communiqué ce lundi la Fondation européenne pour le Climat.

"Un projet de loi à la hauteur de la crise climatique"

Des membres de la Convention Climat sont au centre de cet événement. Depuis l'étude de leurs travaux par l'exécutif, ils alertent sur le retrait, ou l'édulcoration dans le projet de loi, de plusieurs éléments importants selon eux, comme la création d'un "crime d'écocide", devenu délit dans le texte actuel. Après avoir rendu leurs propositions à l'exécutif, certains d'entre eux avaient d'ailleurs fondé l'association "Les 150 citoyens Convention Climat", pour continuer de défendre leurs mesures.

"Il faut que toutes les citoyennes et tous les citoyens qui croient en nos mesures nous soutiennent pour que la loi Climat soit vraiment à la hauteur de l'urgence climatique", déclare Agnès sur Twitter, se présentant comme une des 150. Guy, lui aussi membre de l'association, réclame "un projet de loi à la hauteur de la crise climatique".
"Le 28 mars, veille de l’examen du projet de loi, nous nous mobiliserons ensemble pour dénoncer son manque d’ambition et les manœuvres qui tentent de l’affaiblir, exiger une vraie Loi Climat à la hauteur de l’urgence écologique et défendre les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat", expliquent les associations sur le site dédié à cette "Marche pour une vraie loi climat".

Parmi les associations soutenant cette journée, outre celle des 150, on retrouve les Citoyens pour le Climat, Zero Waste France, CARE France ou encore Youth For Climate France.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV