BFMTV

EuropaCity: le méga-complexe de loisirs qui suscite la controverse aux portes de Paris

Le projet EuropaCity prévoit notamment la création d'un parc aquatique.

Le projet EuropaCity prévoit notamment la création d'un parc aquatique. - EuropaCity

EuropaCity, le très ambitieux complexe commercial qui veut s'implanter dans le Triangle de Gonesse vient de recevoir un avis négatif après enquête publique. S'il se réalise, le complexe prévoit d'abriter commerces, salles de spectacle mais aussi parc d'attraction ou piste de ski. Un projet géant contre lequel les opposants se mobilisent pour dénoncer son coût environnemental.

En chiffres, EuropaCity a tout d'un chantier pharaonique. Un investissement de 3,1 milliards d'euros pour 230.000 m2 de commerces, 20.000 m2 d'espaces culturels et 150.000 m2 de loisirs comprenant parc d'attraction, parc aquatique et piste de ski. EuropaCity c'est aussi 2.700 chambres d'hôtel, 7 hectares de ferme urbaine avec la promesse de création de 10.115 emplois directs.

Porté par Auchan et le groupe chinois Wanda, EuropaCity cherche à s'installer d'ici 2024 dans le triangle de Gonesse, entre les aéroports du Bourget et de Roissy. Desservi par la future ligne 17 du Grand Paris Express, le projet promet une construction architecturale ambitieuse et se voit devenir la première destination dédiée aux temps libre et aux loisirs en Europe avec l'objectif d'atteindre 31 millions de visites par an. 

Mais le complexe de loisirs et centre commercial géant est loin de faire l'unanimité. Le commissaire-enquêteur chargé de l'enquête publique sur le projet vient d'émettre un avis négatif concernant EuropaCity. Il estime que "le projet d'aménagement du triangle de Gonesse est peu compatible avec la notion de développement durable" et "modérément compatible avec le pilier économique".

Pourquoi le projet soulève l'opposition

Si l'avis du commissaire enquêteur est simplement consultatif, il est accueilli comme une "très belle nouvelle" par le Collectif pour le Triangle de Gonesse qui s'oppose à ce projet depuis 2011. Le Collectif dénonce le "sacrifice de 80 hectares de terres agricoles fertiles". Les opposants d'EuropaCity dénoncent la démesure de ce complexe de loisirs géant dans un secteur où sont déjà en place plusieurs centres commerciaux, notamment O'Parinor et Aéroville.

Dans son rapport, le commissaire-enquêteur souligne plusieurs impacts "très négatifs" concernant la biodiversité et les milieux naturel ainsi que l'augmentation de pollutions et nuisances. Les porteurs du projet défendent pourtant une "destination éco-responsable", avec "100 % de l’énergie nécessaire produite sur place" grâce à la construction d'un parc solaire ou encore la mise en avant de la biodiversité avec la création d'une ferme urbaine de 7 hectares et de 10 hectares de parc. Le rapport issu de l'enquête publique souligne malgré tout "des impacts qui vont à l'inverse des grandes orientations politiques nationales en matière de lutte contre la disparition des terres agricoles, de lutte contre le réchauffement climatique".

Des emplois créés au détriment des territoires voisins

Quant à la création de plus de 10.000 emplois sur lesquels compte la mairie de Gonesse, le commissaire-enquêteur estime qu'elle "pourrait se faire au détriment des activités présentes sur les territoires voisins, avec potentiellement la création de friches commerciales et tertiaires". Ces emplois impliqueraient "la destruction d'autres sur les territoires voisins", rendant le projet incompatible avec "un développement équitable".

Malgré les critiques, la mairie de Gonesse estime que "les conclusions du rapport ne sont pas de nature à remettre en cause le principe de l'aménagement du Triangle de Gonesse". Le Collectif Triangle de Gonesse défend de son côté un projet alternatif qui permettrait de valoriser les terres agricoles. Ils imaginent faire du Triangle de Gonesse une vitrine de l'agriculture urbaine et péri-urbaine en mettant en avant l'agroécologie tout en favorisant le développement de l'emploi local.

Carole Blanchard