BFMTV
Environnement

Éruption et tsunami aux Tonga: l'onde de choc enregistrée jusqu'en France

L'éruption du volcan a été entendue jusqu'en Alaska, et ressentie jusqu'en France, à 17.000 kilomètres des Tonga, où des appareils de mesure météorologique ont enregistré l'onde de choc.

Une onde de choc ressentie à 17.000 km de là. Les îles Tonga ont subi samedi l'éruption du volcan Hunga Tonga, sur une des îles inhabitées du pays: un énorme champignon de fumée et de cendres, suivi immédiatement du déclenchement d'une vague a été observé depuis l'espace. La nation insulaire a subi des dégâts importants, et est notamment coupée du monde pour au moins deux semaines selon les autorités néo-zélandaises, car un câble sous-marin de communication a été coupé dans la catastrophe.

L'éruption de samedi a été si puissante qu'elle a été entendue jusqu'en Alaska, déclenchant un tsunami dans le Pacifique qui a inondé des côtes du Japon aux États-Unis, et tué deux personnes au Pérou. Des traces du séisme ont même été ressenties sur les appareils de surveillance météorologique français.

L'éruption entendue jusqu'en Alaska

À la suite de l'éruption, des vagues de 1,2 mètre ont déferlé sur la capitale des Tonga, où les habitants ont fui vers les hauteurs, laissant derrière eux des maisons inondées, tandis que des pierres et de la cendre tombaient du ciel. Sur place, les dégâts sont pour l'instant difficiles à évaluer en raison du manque de communication.

Mais à plus de 10.000 kilomètres de là, au Pérou, deux femmes sont mortes noyées sur la plage de Naylamp à Lambayeque, dans le nord, en raison de "vagues anormales" consécutives à l'éruption aux Tonga, a annoncé dimanche le Centre national des opérations d'urgence local.

L'éruption a déclenché des tsunamis dans le Pacifique, avec des vagues de 1,74 mètre mesurées à Chanaral, au Chili, et de plus petites observées le long de la côte Pacifique, de l'Alaska au Mexique. Des vagues d'environ 1,2 mètre ont également frappé le Japon.

En Californie, la ville de Santa Cruz a été inondée par un raz-de-marée généré par le tsunami, selon des vidéos partagées par le service météorologique américain. L'Institut géologique américain (USGS) a enregistré l'éruption comme équivalente à un tremblement de terre de magnitude 5,8 à une profondeur nulle.

L'éruption a également été entendue jusqu'en Alaska a tweeté l'Institut de géophysique de l'université d'Alaska à Fairbanks. "Le signal très large n'est pas si surprenant compte tenu de l'ampleur de l'éruption, mais l'aspect audible est assez unique", souligne-t-il.

Des répercussions enregistrées en France

Et l'onde ne s'est pas arrêtée aux côtes du Pacifique.

"Incroyable et fascinant. En ce milieu de soirée, toutes les stations météorologiques de Météo-Varoise viennent d'enregistrer les vives variations de pression atmosphérique suite à l'onde de choc de l'éruption du volcan aux îles Tonga, qui s'est produite vers 6h10 du matin heure Française ce jour", écrivait samedi le compte Facebook Météo Varoise, ajoutant que "de nombreuses autres stations météo d'Europe de l'Ouest ont enregistré ces variations".
Guillamue Séchet, spécialiste Météo pour BFMTV, a relevé sur Twitter "deux variations de pression bien visibles sur notre station de Paris Saint-Germain-des-Prés", samedi soir. "Un évènement peu commun!", note-t-il.

Si ces ondes ont été enregistrées par des appareils de mesure, elles n'ont pas été ressenties par la population. "À cette distance, on ne risque rien de spécial physiquement", explique Météo Varoise, prenant l'exemple des ricochets: "Vous jetez une petite pierre et une grosse pierre dans un lac, vous aurez dans les deux cas plusieurs ondes qui se propageront de manière circulaire, mais pas à la même intensité".

"C’est très impressionnant, mais il faut imaginer qu’en 1883, l’onde de l’éruption du Krakatoa en Indonésie avait fait 7 fois le tour de la planète", explique sur La 1ère Philipson Bani, volcanologue de l’IRD (Institut de recherche pour le développement).

"Un impact important sur le littoral nord de Nuku'alofa"

La Nouvelle-Zélande a envoyé un avion de reconnaissance tôt ce lundi aux Tonga, pour "une évaluation initiale de l'impact sur la zone et les îles à faible élévation", mais les informations arrivent au compte-gouttes. Les Tonga ont également accepté une offre australienne d'envoyer un avion de surveillance, selon Canberra. L'Australie préparait de son côté "des denrées humanitaires essentielles" à envoyer.

"Le tsunami a eu un impact important sur le littoral nord de Nuku'alofa", la capitale des Tonga, "avec des bateaux et de gros rochers rejetés sur le rivage", a déclaré la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. "Nuku'alofa est couverte d'un épais nuage de cendre volcanique, mais sinon la situation est calme et stable", a-t-elle ajouté après être entrée en contact avec l'ambassade de son pays aux Tonga. L'archipel a cependant besoin de s'approvisionner en eau car "le nuage de cendres a provoqué une contamination".

"Profondément inquiet pour les habitants des Tonga", a tweeté le secrétaire d'État américain Antony Blinken, "prêt à envoyer de l'aide". Le chef de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a tweeté que l'OMS était "prête à soutenir le gouvernement et à apporter son aide".

L'agence des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) préparait des fournitures d'urgence pour les Tonga, en coordination avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon avec AFP Journaliste BFMTV