BFMTV

"Écoutez le cri de la Terre": le pape et d'autres leaders chrétiens appellent à un sursaut écologique

Le Pape François aux côtés du primat de l'Église orthodoxe de Constantinople Bartholomée 1er, en octobre 2020

Le Pape François aux côtés du primat de l'Église orthodoxe de Constantinople Bartholomée 1er, en octobre 2020 - VATICAN MEDIA / AFP

Trois chefs religieux chrétiens mettent "conjointement en garde au sujet de l'urgence de la protection environnementale, son impact sur la pauvreté et l'importance de la coopération mondiale".

À quelques semaines de la COP26, qui se tiendra du 1er au 12 novembre à Glasgow, le pape François, aux côtés du primat de l'Église orthodoxe de Constantinople, Bartholomée 1er, et de l'archevêque de Canterbury, Justin Welby, lancent un appel pour l'environnement. Dans une déclaration commune, ils exhortent "chacun à jouer son rôle dans le "choix de la vie pour l'avenir de la planète".

"Nous appelons chacun, quelle que soit sa croyance ou sa vision du monde, à s'efforcer d'écouter le cri de la Terre et des personnes pauvres, d'examiner son comportement et de s'engager à faire des sacrifices significatifs pour le bien de la Terre que Dieu nous a donnée", écrivent les trois représentants du monde chrétien.

"Faire des sacrifices significatifs pour le bien de la planète"

D'après la déclaration, c'est "la première fois", que le dirigeant de l'Église catholique romaine, celui de l'Église orthodoxe de Constantinople et celui de l'Église d'Angleterre mettent "conjointement en garde au sujet de l'urgence de la protection environnementale, son impact sur la pauvreté et l'importance de la coopération mondiale", pour limiter et résoudre le changement climatique.

Ce texte a été publié en ce mois de septembre car c'est une période "célébrée par de nombreux Chrétiens comme la saison de la Création, une opportunité de prier pour la création de Dieu".
"Aujourd'hui nous en payons le prix... demain pourrait être pire", écrivent-ils, ajoutant qu'il s'agissait d'un "moment critique. Le futur de nos enfants et celui de notre habitat commun en dépend".

Les trois leaders chrétiens appellent à "prier pour les dirigeants mondiaux avant la COP26", mais demandent aussi de "faire des sacrifices significatifs pour le bien de la planète, de travailler ensemble et de prendre des responsabilités sur la façon dont nous utilisons nos ressources". Pour ceux qui auraient le pouvoir d'agir à une plus grande échelle, les représentants religieux demandent de "mener la transition vers des économies justes et durables".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV