BFMTV

Sentinel-2A: un satellite européen en orbite pour observer la Terre

Le lancement du satellite Sentinel-1A, en avril 2014

Le lancement du satellite Sentinel-1A, en avril 2014 - JM Guillon - ESA - AFP

Un deuxième satellite Sentinel doit être lancé ce lundi depuis la Guyane. Ces appareils européens sont placés en orbite afin d'observer la Terre et les évolutions de son environnement.

L'Europe doit lancer dans la nuit de lundi à mardi Sentinel-2A, le deuxième satellite de son ambitieux programme d'observation de la Terre: Copernicus.

Satellite optique, Sentinel-2A sera dédié au contrôle des terres émergées et des côtes. Lancé depuis la Guyane française, il permettra d'analyser les terrains, les cultures et les forêts. 

Les deux premiers satellites d'une famille nombreuse

Sentinel-1A, premier satellite de la famille Sentinel qui a vocation à devenir nombreuse, a été lancé en avril 2014. Six types de satellites Sentinel vont à terme couvrir tous les thèmes d'observation de la Terre. Sentinel-3 recueillera des données sur l'environnement maritime, Sentinel-4 et Sentinel-5 se consacreront à l'atmosphère, Sentinel-6 étudiera la hausse du niveau des océans.

Une fusée Vega doit lancer Sentinel-2A ce lundi à 22h51 heure de Kourou (mardi 3h51 heure française) et le placer en orbite, à 786 km d'altitude. Le lancement sera mené par la société française Arianespace pour le compte de la Commission européenne. Sentinel-2 "va permettre au programme Copernicus de 'voir en couleur'", indique Airbus Defence & Space, qui a fabriqué le satellite. 

Il effectuera un tour de la Terre toutes les 100 minutes et sera à même de revisiter tous les dix jours les surfaces émergées, les grandes îles, les eaux intérieures et côtières. Mi-2016, il sera rejoint par son frère jumeau Sentinel-2B. Les Sentinel 1, 2 et 3 auront vocation à être déclinés en quatre exemplaires (A, B, C, D).

Agriculture et santé de la forêt

Les Sentinel-2 vont aider à pratiquer "une bien meilleure gestion de l'agriculture et de la forêt", souligne François Spoto, chef de projet Sentinel-2 à l'Agence spatiale européenne (ESA). Ils permettront de savoir si un sol a besoin ou non d'apports d'eau ou de pesticides... Ces satellites donneront aussi des indications sur la santé de la canopée, l'étage supérieur de la forêt et rendront également des services à la sécurité civile, en analysant la nature des sols. En cas de fortes chutes de pluie, par exemple, ils permettront de voir le chemin que prend l'eau, sa vitesse d'absorption par le sol. Ils pourront aussi donner de précieuses indications en cas d'incendies de forêt, ou de glissements de terrain.

"Copernicus est le programme d'observation de la Terre le plus ambitieux conçu à ce jour", souligne François Spoto. Le coût de fabrication des deux satellites Sentinel-2A et 2B est d'environ 350 millions d'euros.

la rédaction avec AFP