BFMTV

Climat: Greta Thunberg dénonce l'inaction des dirigeants mondiaux cinq ans après l'accord de Paris

La militant suédoise Greta Thunberg à Stockholm le 25 septembre 2020.

La militant suédoise Greta Thunberg à Stockholm le 25 septembre 2020. - Jonathan Nackstrand

La militante suédoise a critiqué sur les réseaux sociaux les "objectifs hypothétiques et lointains" ainsi que les "promesses vides" de la communauté internationale sur le réchauffement climatique.

Un anniversaire qui n'a rien d'une célébration. Alors que l'accord de Paris sur le climat doit souffler ses cinq bougies samedi, la militante écologiste Greta Thunberg estime que le compte est loin d'y être dans la lutte contre le réchauffement climatique.

"Il y a cinq ans, les dirigeants mondiaux signaient les accords de Paris et promettaient de limiter le réchauffement planétaire à moins de 2°C et de viser les 1,5°C afin de préserver l'avenir de nos conditions de vie", déclare la jeune militante dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. "Beaucoup de choses se sont déroulées depuis, mais les actions requises ne sont nulle part. Le fossé entre ce que nous devons faire et ce qui est fait s'élargit de minute en minute", poursuit-elle.

"Lorsqu'il faut agir, nous sommes toujours dans le déni"

Greta Thunberg affirme notamment s'appuyer sur une donnée pour le moins révélatrice du réchauffement planétaire: "les cinq années ayant suivi l'accord de Paris ont été les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées".

"Des engagements ont été pris, des objectifs hypothétiques et lointains ont été fixés et de grands discours ont été prononcés, mais lorsqu'il s'agit d'action immédiate, nous sommes toujours dans le déni et perdons notre temps avec de nouveaux échappatoires, des mots vides et de la comptabilité créative", accuse celle qui a parcouru l'Atlantique en voilier.

La fondatrice du mouvement Fridays of Future appelle de nouveau la population mondiale à une prise de conscience face à une crise qui ne peut être résolue "si ne nous la traitons pas comme une crise, et nous ne pouvons la traiter que si nous prenons conscience de l'urgence".

Le réchauffement planétaire plus rapide qu'attendu

Malgré l'engagement signé à Paris de limiter le réchauffement sous 2°C, et si possible 1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle, le monde file toujours vers 3 degrés de réchauffement, a averti mercredi l'ONU, soulignant que la baisse des émissions de gaz à effet de serre due à la pandémie de Covid-19 aurait un effet "insignifiant".

Le mouvement pour le climat Fridays of Future réclame notamment que l'objectif de 1,5 degrés soit le seul retenu, le jugeant "non négociable". Sur une carte en ligne, il recense 2.500 actions prévues dans le monde, dont de nombreux évènements en ligne du fait du Covid-19.

Hugues Garnier avec AFP Journaliste BFMTV