BFMTV

Pokémon Go: le Louvre-Lens ouvre sa galerie aux dresseurs

Dimanche, le musée du Louvre-Lens a ouvert ses portes aux joueurs de Pokémon Go le temps d'une exposition mêlant créatures et oeuvres d'art.

Pour tous les attraper, les joueurs de Pokémon Go peuvent désormais se donner rendez-vous au Louvre-Lens. Au cours de chasses Pokémon, le musée propose aux dresseurs de découvrir la Galerie du temps, qui montre le cheminement de l’humanité.

Pour porter leur attention sur les oeuvres, le musée a organisé dimanche une visite basée sur la comparaison entre les Pokémon et les tableaux et sculptures qui composent le musée.

“On a construit une programmation qui permet aux joueurs de se confronter aux oeuvres d’arts et de comparer des Pokémon à certains monstres de la Galerie du temps”, explique la cheffe du service des publics du Louvre-Lens Juliette Guépratte.

Pour captiver les visiteurs, plutôt attirés par les créatures présentes dans leurs smartphones, le Louvre-Lens a assimilé le travail de collection d’un musée à celui d’un dresseur cherchant à compléter son Pokédex. Il a également mis en avant un autre point commun, entre les Pokémon et les productions antiques: la monstruosité.

"Les Pokémon sont des espèces d’hybrides, on va essayer de faire des comparaisons pour montrer que cette notion de chimère et d’hybridation est également très ancienne et attachée aux civilisations humaines", expose Juliette Guépratte.

Marc Aurèle, le premier dresseur Pokémon

Les dresseurs les plus assidus ont donc pu apprendre que l’empereur Marc Aurèle et Sacha (héros de Pokémon) ont tous deux le même amour des monstres. L’un les sculptait sur son armure, tandis que l’autre les garde bien au chaud dans ses pokéballs.

Auprès des joueurs, l’opération a été un véritable succès. Au total, plus de 1.500 personnes ont parcouru les couloirs du musée dimanche, pas seulement dans l’espoir d’attraper un Salamèche ou un Carapuce, mais aussi pour admirer la beauté des oeuvres.

"C’est la preuve vivante qu’on peut réussir à apprendre en s’amusant", s’est félicité le médiateur culturel du musée du Louvre-Lens Pierre Téqui.

F. H. avec Lenny Pomerantz et Fredy Cochin