BFMTV

Le Goncourt des lycéens décerné à Djaïli Amadou Amal pour son roman "Les impatientes"

Djaïli Amadou Amal, couronnée le 2 décembre 2020.

Djaïli Amadou Amal, couronnée le 2 décembre 2020. - Joël Saget - AFP

Deux jours après son grand frère le Goncourt, le Goncourt des lycéens a été décerné à Djaïli Amadou Amal pour son roman Les impatientes, ce mercredi 2 décembre.

Djaïli Amadou Amal a été couronnée du Goncourt des lycéens pour son roman "Les impatientes" (Ed. Emmanuelle Collas). Ce 33e prix Goncourt des lycéens a été décerné ce mercredi 2 décembre, soit deux jours après son grand frère le Goncourt, à l'issue d'une réunion en visio-conférence d'un jury national de lycéens.

L'autrice camerounaise s'est dite "plus qu'émue, très sensible", à ce prix. "Pour moi, ce prix représente beaucoup, a-t-elle déclaré. "Parce que quand on parle des violences faites aux femmes, de mariage forcé, de viol conjugual, que les jeunes soient sensibles à ce sujet-là et choisissent ce livre pour en faire leur lauréat, cela signifie un espoir pour l'avenir".

Les Impatientes aborde le sujet des mariages forcés, à travers les regards de trois femmes. Ce roman polyphonique situé au Sahel retrace le destin de la jeune Ramla, "arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin..."

"Ce n'est que par l'éducation des filles qu'on pourra changer le monde et développer nos pays. J'espère être cette voix-là, qui permette de sensibiliser et faire évoluer la condition des femmes", a-t-elle ajouté.

"Simple et touchante"

"L'écriture est simple et touchante et sonne juste, sans lyrisme superflu. C'est un livre subtil qui permet d'observer la question du mariage forcé par le prisme de ce témoignage émouvant", a déclaré, également par visio-conférence la présidente du jury lycéen.

Cinq ouvrages étaient encore en lice au côté des impatientes: Héritage (Ed. Rivages), de Miguel Bonnefoy, Chavirer (Ed. Actes Sud), de Lola Lafon, L'anomalie (Ed. Gallimard) d'Hervé Le Tellier - couronné du Goncourt lundi -L'enfant céleste (Ed. de l'Observatoire), de Maud Simonnot, Thésée, sa vie nouvelle (Ed.Verdier) de Camille de Toledo.

Rencontres virtuelles

Comme chaque année, l'organisation du prix s'est déroulée par étapes, de manière à impliquer au maximum les élèves et à créer une forme d'émulation entre eux.

En raison du contexte épidémique, les traditionnelles "rencontres régionales" entre auteurs et lycéens, l'occasion pour les seconds d'assaillir les premiers de questions, ont été organisées virtuellement entre le 5 et le 13 novembre.

Les lycéens ont ensuite délibéré en classe et désigné un délégué pour défendre leurs romans favoris lors des délibérations régionales, organisées lundi 23 novembre en visioconférence.

Le Goncourt des Lycéens est un des prix les plus prescripteurs pour les ventes de livres.

Magali Rangin avec AFP