BFMTV

La femme de François de Rugy veut saisir la justice estimant reconnaître son fils dans un roman

François de Rugy et son épouse Séverine Servat de Rugy.

François de Rugy et son épouse Séverine Servat de Rugy. - AFP

Séverine Servat de Rugy a obtenu l'insertion d'un encart dans le prochain roman d'Emilie Frèche. Elle estime que le livre porte atteinte à son intimité mais aussi à celle de son fils de 11 ans. L'ex-mari de Séverine Servat de Rugy, Jérôme Guedj, est aujourd'hui en couple avec la romancière.

"Tout le monde ne parle que du vivre-ensemble mais, au fond, qui sait vraiment de quoi il retourne, sinon les familles recomposées? Vivre ensemble, c’est se disputer un territoire." La romancière Emilie Frèche avait annoncé la couleur de son nouveau livre qui paraîtra fin août aux Editions Stock. Sauf que cette bataille ne se retrouve pas seulement dans les pages de ce roman Vivre ensemble mais aussi sur les bancs de la justice. Séverine Servat de Rugy, l'épouse du président de l'Assemblée nationale, vient d'obtenir l'insertion d'un encart dans l'ouvrage, révèle L'Express.

"C'est le viol de l'intimité d'un enfant"

Au coeur de cette bataille judiciaire: le fait que Séverine Servat de Rugy estime être reconnue dans ce roman ainsi que son fils de 11 ans. Roman qui se veut être celui de la vie des familles recomposées et de leurs difficultés. Or, l'actuelle épouse du président de l'Assemblée nationale est aussi l'ancienne femme de l'homme politique Jérôme Guedj. Lui-même en couple avec la romancière Emilie Frèche et père du fils de Séverine Servat de Rugy. Dont les parents se partagent la garde. L'encart intégré dans chaque exemplaire portera donc la mention "atteinte de manière répétée à l'intimité de sa vie privée". Des poursuites pourraient être engagées pour l'obtention de dommages et intérêts. 

Lors de la procédure, lancée le 17 juillet dernier par l'avocat de la femme de François de Rugy dans un premier temps pour faire interdire la publication de l'ouvrage, Emilie Frèche a admis que "comme tout écrivain" avoir "puisé une partie de son inspiration dans son vécu, notamment familial, en exacerbant les qualités et les défauts des personnages de son roman", est-il écrit sur l'encart que s'est procuré L'Express. "Lire ce qui est du domaine de l'emprunt massif et répété à un contexte privé, ce qui relève du viol de l'intimité sous un jour dégradant, sinon malveillant, est terriblement choquant, violent, destructeur", rétorque Séverine Servat de Rugy, parlant de "récit nauséabond". 

"Ce qui est lourd, écrasant, impensable même, c'est le viol de l'intimité d'un enfant", poursuit-elle.

"Incohérences"

Du côté des Editions Stock, on confirme que des négociations ont eu lieu entre les deux parties et que la solution de l'encart a été approuvée. La demande d'interdiction de publication aurait dû être déposée devant un juge et examinée en référé. "On est dans un livre où Séverine Servat n'est absolument pas le sujet principal, il n'a rien à voir avec sa vie ou celle de son fils, martèle Me Anne Veil, l'avocate de l'éditeur. Les écrivains puisent vaguement dans la réalité pour laisser libre court à leur imagination. Certains passages peuvent être inspirés puis exacerbés." La médiatisation de l'arrangement trouvé entre les deux avocats étonne alors.

"Si on a pas envie d'être identifié, on ne bouge pas. On nous demande à ce qu'il n'y ait pas de confusion, mais on rend les choses publiques", poursuit Me Veil qui note une "incohérence" et qui estime que si le clan Servat de Rugy "était certain" de leurs arguments, "il fallait demander l'interdiction de publication".

La femme de François de Rugy dit elle avoir pensé se taire en raison de la position de son époux. "Il aurait fallu vivre avec ce fardeau, laisser mon fils devenir une victime sans reconnaissance de tort", explique la journaliste alors que le personnage du garçon est décrit comme "surdoué, précoce, différent". La mère étant qualifiée de "folle", de "cinglée", de "pute", rappelle l'hebdomadaire. Estimant avoir privilégié "une solution équilibrée qui ménage l'avenir", Séverine Servat de Rugy dit aujourd'hui vouloir jouer "l'apaisement" avec son ancien mari et sa compagne.

J.C.