BFMTV

L’opération antiracisme du Cran contre "le toxique Tintin au Congo"

Un Groupement contre le racisme, auquel participe le Cran, s'est attaqué à Tintin au Congo, ce lundi.

Un Groupement contre le racisme, auquel participe le Cran, s'est attaqué à Tintin au Congo, ce lundi. - Capture - Vidéo AFP

Un collectif antiraciste, auquel appartient le Cran, s'est attaqué à Tintin au Congo dans un magasin spécialisé du centre de Paris. Des autocollants d'avertissements ont été apposés dans plusieurs exemplaires de cette bande-dessinée, qui n'a cessé d'être controversée depuis sa sortie, en 1931.

Un "produit toxique" aux "relents racistes" qui "peut nuire à la santé mentale". Le collectif "Groupe d'intervention contre le Racisme", auquel appartient le Conseil représentatif des associations de France (le Cran), a mené une opération sauvage, ce lundi, pour dénoncer Tintin au Congo, la deuxième aventure du jeune reporter à houppette et de son fox-terrier Milou.

Plus de 83 ans après sa sortie, cette bande-dessinée est aussi célèbre que controversée, pour ses nombreuses cases jugées racistes par certains et par les nombreuses séances de chasse et de safaris auxquelles s’adonne le héros, non sans une certaine cruauté.

Pour leur action ce lundi, les militants du Groupe d’intervention contre le racisme se sont rendus dans un grand magasin spécialisé du centre de Paris pour apposer dans chaque album de Tintin au Congo un sticker d’avertissement. Sur ce dernier, on pouvait lire les mots "produit toxique", "relents racistes" et "peut nuire à la santé mentale", le tout, accompagné d’un logo "danger poison".

Un ouvrage "subtilement négationniste"

Pour Louis-Georges Tin, président du Cran, cette opération sauvage se justifie d'autant plus que nous sommes en pleine saison des fêtes, et que des gens vont être amenés à offrir des BD à des enfants. 

"Tintin au Congo, qui est pratiquement le plus vendu de toute la série avec 10 millions d’exemplaires (derrière Tintin en Amérique, Ndlr) est un ouvrage que nous estimons être particulièrement raciste et subtilement négationniste", a insisté le patron du Conseil représentatif des associations noires de France.

Quant à l'autocollant apposé ce lundi, il s'agissait en fait de réaliser ce qu'il se fait déjà outre-Manche. Louis-Georges Tin détaille: "Au Royaume-Uni, Casterman (l'éditeur belge de Tintin, Ndlr) a été amené à insérer une préface dans l'ouvrage, un avertissement qui explique le caractère de propagande coloniale dans l’ouvrage. Malheureusement, il refuse absolument de faire la même chose dans l’édition francophone."

"Or, si ‘est raciste en anglais, je serai étonné que ça ne le soit pas en français", a conclu le président du Cran.

Une BD qui a souvent bougé sur les rayons

Imprimée pour la première fois en 1931, alors en noir et blanc, Tintin au Congo n'a jamais eu de cesse de susciter la polémique. Accusée de véhiculer des préjugés racistes dans les années 1950, l'album sera retiré de la vente le rendant quasiment introuvable dans les années 1960. Il sera finalement réimprimé dans les années 1970.

A plusieurs reprises, la BD a navigué sur les étalages, ainsi au Royaume-Uni, en plus de comporter une préface d'avertissement, la BD est vendue dans les rayons pour adultes. En Belgique, toutefois, plusieurs procès ont eu lieu pour dénoncer le racisme montré dans Tintin au Congo. Aucun n'a abouti. Ainsi, encore en février 2012, la cour d'appel de Bruxelles avait estimé que l'album n'était pas une oeuvre "méchante", l'auteur, Hergé, y pratiquant "un humour candide et gentil." Qui ne fera décidément jamais rire tout le monde.

Jé. M.