BFMTV

Déconfinement: le Parc Astérix attend avec impatience de pouvoir rouvrir ses portes

Le parc de loisirs, qui n'avait pas pu lancer sa saison le 4 avril dernier en raison du confinement, se prépare en vue d'une éventuelle reprise.

En 2020 après J-C, alors que toute la Gaulle est occupée par le coronavirus, un petit village déconfiné tente de résister à l'envahisseur. Au Parc Astérix, dont les portes sont fermées en raison de la crise sanitaire, les équipes s'affairent en vue de la future réouverture très attendue.

Au milieu des allées vides, une poignée d'employés s'occupent d'entretenir les jardins, de rafraîchir les peintures ou encore de s'assurer du bon fonctionnement des différents manèges et attractions. 

"On teste tout pour que quand le parc va ré-ouvrir, tout soit opérationnel, et qu'on ait pas de soucis de panne éventuelle", confie à BFMTV Mickaël Vayssié, technicien de maintenance au Parc Astérix. 

Un impact économique et des mesures de sécurité

Le Parc Astérix n'avait pas pu lancer sa saison le 4 avril dernier, en raison du confinement. Conséquence: environ 1 million d'euros de chiffres d'affaires en moins par jour. Pour entretenir machines et matériel, les attractions doivent également tourner quelques heures par semaine dans l'attente d'une éventuelle reprise. Les travaux du futur hôtel thématique, eux, ont dû être retardés. 

"On est triste parce que l'hôtel est vide aujourd'hui", nous explique Nicolas Kremer, directeur général de l'établissement, inquiet de l'impact économique sur le parc. "Dans la colonne recettes, il y a zéro. Dans la colonne dépenses, ce qu'on a essayé de mettre en place c'est qu'il y en ait le moins possible. Malheureusement, on a dû mettre 90% de l'entreprise au chômage partiel, en ne gardant que les quelques équipes indispensables à la survie du parc".

Pour rouvrir en toute sécurité, des procédures sont mises en place. Antoine Lardière, responsable de la sécurité du parc, évoque notamment du gel hydroalcoolique à l'entrée pour se désinfecter les mains, mais aussi avant chaque attraction. Les files d'attente seront équipées de marquages au sol pour respecter les distances de sécurité. Les visiteurs devront également avoir avec eux un masque barrière, qui sera obligatoire sur certaines zones. 

Philippe Dufreigne, avec Nawal Bonnefoy