BFM Auto

Tesla se prépare à une vie sans Elon Musk

Elon Musk sur scène lors d'une présentation de la Tesla Model 3 en août 2017.

Elon Musk sur scène lors d'une présentation de la Tesla Model 3 en août 2017. - Tesla

Les poursuites engagées par la SEC, le gendarme boursier américain, à l'encontre du patron de Tesla risquent fort de l'écarter de la direction de l'entreprise. Mais Elon Musk resterait le premier actionnaire, de quoi lui laisser la possibilité de fixer les grandes orientations pour l'avenir de la marque.

Et si Elon Musk était écarté de la direction de Tesla? La SEC, le gendarme boursier américain, a en effet décidé ce jeudi d'engager des poursuites pour fraude contre le patron de Tesla. En août dernier, il avait tweeté son intention de sortir Tesla de la Bourse, assurant que le financement de cette opération était assuré. Sauf que ce n'était pas vraiment le cas, la SEC estimant que ses déclarations intempestives ont été susceptibles de tromper les investisseurs.

Elon Musk resterait le premier actionnaire de Tesla

Concrètement, ces poursuites pourraient déboucher sur une sanction qui interdirait à Elon Musk de diriger une entreprise cotée pendant une certaine période. Mais avec 20% des actions Tesla, le fantasque patron occuperait toujours une place importante au sein de la marque de voitures électriques.

"Pour rester administrateur ou dirigeant d’une entreprise cotée, il faut prouver qu’on n’a jamais fait de fraude. Toutefois, s’il doit abandonner ses fonctions, il resterait le premier actionnaire de Tesla avec un poids prépondérant dans les votes en assemblée générale, donc la possibilité d’élire les membres du conseil d’administration qui nomment eux-mêmes les dirigeants", explique Frédéric Fréry professeur en stratégie à ESCP Europe.

Dans cette position, même écarté du conseil d’administration et des fonctions dirigeantes, Elon Musk resterait donc très impliqué dans la définition de la stratégie à long terme pour Tesla.

Tesla dans la bonne direction, avec ou sans Musk

Avec un cours de Bourse de l'action Tesla en baisse de plus de 10% dans les premiers échanges de la journée à New York, la question reste toutefois de savoir si les investisseurs continueront à miser sur l'entreprise, même privée de son patron charismatique.

"Le cours de Bourse a toujours été très fluctuant pour Tesla, il s’est déjà relevé après une forte chute dans le passé. C'est d'ailleurs un caractéristique importante de Tesla, apprendre rapidement pour pouvoir se relever des crises très vite", souligne Michael Valentin, directeur associé du cabinet de conseil OPEO et auteur du livre Le modèle Tesla, à paraître le 7 novembre prochain chez Dunod. 

Pour lui, Elon Musk a lancé Tesla dans la bonne direction, en instaurant les bases d'une nouvelle forme d'organisation industrielle innovante:

"Dans ce modèle Tesla, il y a d’un côté la dimension d’un dirigeant qui augmente la portée de l’entreprise: ce n’est pas un 'simple' constructeur automobile mais une entreprise qui veut 'sauver le monde'. On retrouve aussi l’idée d’un patron proche du terrain et de ses équipes, capable de rester dormir à l’usine si besoin. C’est un peu comme un général qui ne se contenterait pas de donner sa vision de la stratégie à déployer mais qui s’engage aussi avec ses troupes au combat."

Michael Valentin reste ainsi confiant pour l'avenir de Tesla: avec ou sans Elon Musk, la recette garderait toute sa saveur. 

"Derrière Elon Musk, il y a avant tout un modèle Tesla disruptif, qui n’induit pas uniquement un changement technologique mais aussi un changement de société avec des véhicules non seulement électriques mais aussi connectés, prêts pour la conduite autonome et l’autopartage, avec une offre importante de services potentiels. Ce modèle survivrait en quelque sorte à un départ d’Elon Musk", détaille-t-il.

Un destin comparable à Apple?

De quoi dresser une comparaison plutôt flatteuse avec Apple, première entreprise dans le monde à avoir dépassé récemment les 1000 milliards de dollars de capitalisation:

"Si Elon Musk devait partir, la personne qui le remplacerait poursuivrait cette vision. C’est ce qui s’est passé chez Apple, malgré les craintes sur l’après-Steve Jobs, Tim Cook a su poursuivre le projet. Le dirigeant charismatique n’est pas l’ingrédient unique du succès."

Au-delà de la question Elon Musk, l'avenir de la marque californienne passe surtout par sa capacité à monter en puissance sur le plan industriel, avec le grand défi que représente sa Model 3. Son premier véhicule "abordable" sera d'ailleurs au Mondial de l'Auto de Paris la semaine prochaine alors que les livraisons n'ont pas encore démarré en Europe.

Reste à savoir si ce modèle sera le Newton de Tesla, l'assistant personnel lancé par Apple au début des années 90 et qui avait fait un flop, ou son iPhone, symbole de la success-story de la marque à la pomme depuis plus de 10 ans.

Julien Bonnet